Titre original Autoreiji
Date de sortie 24 novembre 2010
Durée 109 mn
Réalisé par Takeshi Kitano
Avec Takeshi Kitano , Jun Kunimura , Ryô Kase
Scénariste(s) Takeshi Kitano
Distributeur Metropolitan FilmExport
Année de production 2010
Pays de production Japon
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Plusieurs caïds de second rang se réunissent lors d'un festin avec «Monsieur le Président», chef de l'organisation mafieuse Sanno-kai qui règne sur Tokyo et son agglomération. Kato, numéro 2 de Sanno-kai, déconseille à Ikemoto de trafiquer au grand jour avec Murase, un ancien avec qui il a scellé un pacte en prison. Afin d'atténuer les soupçons de M. le Président, Ikemoto confie à son acolyte Otomo une sale besogne : s'attaquer, en douceur, à Murase.Les agissements d'Otomo marquent le début d'une longue série de divisions et de trahisons. Très vite, les clans de yakuza noient dans le sang leur quête impérieuse de pouvoir et d'argent. Les caïds se défient pour monter dans les rangs de l'organisation à coups de complots et d'accords mort-nés. Dans ce monde corrompu dépourvu de héros, seuls s'affrontent les méchants dans une guerre ultraviolente.Ce film est sélectionné en compétition officielle pour le 63ème Festival de Cannes.

Offres VOD de Outrage

Cinemasalademande HD SD Cinemasalademande 2.99 € Louer

Toutes les séances de Outrage

Photos de Outrage

DR

Outrage

Critiques de Outrage

  1. Première
    par Julien Welter

    Avec Outrage, le cinéaste japonais ressort les flingues. Ce n’est pas que l’on n’aime pas Achille et la Tortue, mais le yakuza froid comme une glace au thé vert nous manquait. Pour ne pas refaire Sonatine (1995) ou Aniki mon frère (2000), Takeshi débarrasse son polar des fioritures romanesques et invite le public à suivre une partie d’échecs du point de vue d’un pion. Le film n’est qu’une suite de manigances et de meurtres : des gens qui complotent, des gens qui tuent ; action, réaction. À la fois sec et complexe, Outrage ne s’apprivoise pas facilement et paraît vain par moments. Pourtant, ce tourbillon implacable est bien une évocation désespérée des dérives du libéralisme et de la façon dont le pouvoir, quel qu’il soit, est utilisé de nos jours : sans honneur et sans égards. Malgré l’accueil mitigé qu’il a reçu au dernier festival de Cannes, Outrage est un vrai bon Kitano.