Date de sortie 26 août 2009
Durée 80 mn
Réalisé par Vladimir Perisic
Avec Relja Popovic , Boris Isakovic , Miroslav Stevanovic
Scénariste(s) Vladimir Perisic, Alice Winocour
Distributeur PYRAMIDE DISTRIBUTION
Année de production 2009
Pays de production France, Serbie
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Tôt le matin. Un bus avec sept soldats roule vers une destination inconnue. Parmi les passagers se trouve Dzoni, un jeune homme de vingt ans. Il est nouveau dans cette brigade qu'il a du mal à intégrer. Le bus arrive devant une ferme abandonnée entourée d'un champ. Dzoni, inquiet par le mystère de leur mission, essaie de savoir ce qu'on attend d'eux. Pas de réponse. L'attente commence, dans un champ brûlé par le soleil. Un bus s'approche, transportant des hommes blottis les uns contre les autres. Le commandant de l'unité explique à ses recrues que ces prisonniers sont les ennemis. Le groupe des sept soldats désœuvrés qui meublaient tant bien que mal l'angoisse de l'attente, pressentent qu'ils vont bientôt passer à l'action...

Offres VOD de Ordinary People

UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter

Toutes les séances de Ordinary People

Photos de Ordinary People

DR
PRODUCTION / TS PRODUCTIONS
PRODUCTION / TS PRODUCTIONS
PRODUCTION / TS PRODUCTIONS
PRODUCTION / TS PRODUCTIONS
PRODUCTION / TS PRODUCTIONS

Ordinary people

ORDINARY PEOPLE (2008)

ORDINARY PEOPLE (2008)

ORDINARY PEOPLE (2008)

ORDINARY PEOPLE (2008)

ORDINARY PEOPLE (2008)

Critiques de Ordinary People

  1. Première
    par Coralie Huché

    Titre adéquat pour un film qui propose le meurtre comme quotidien, pose la question du choix et délaisse l’action pour la réflexion. Car il ne se passe rien, ou à peu près, à l’écran. Les plans s’enchaînent sur un même rythme hypnotique, l’inertie des scènes gagne le spectateur, parfois jusqu’à l’ennuyer. C’est plus tard, après la fin du film, quand les neurones se ravivent, qu’apparaît le tour de force de Vladimir Perisic : avoir transformé l’adage métro-boulot-dodo en fumer-tuer-patienter. La fatalité d’une routine comme une autre, avec ses trois étapes : refus, réticence, résignation. Cette monotonie justifie celle du long métrage puisque de la torpeur jaillit une question : peut-on tout accepter ?