Titre original Midnight Meat Train
Date de sortie 29 juillet 2009
Réalisé par Ryuhei KITAMURA
Avec Bradley Cooper , Leslie Bibb , Brooke Shields
Distributeur Metropolitan Filmexport
Année de production 2009
Pays de production US
Producteurs Clive Barker Fisher Stevens Richard S. Wright (prod)
Genre Thriller
D’après l’œuvre de Clive Barker

Synopsis

Leon Kaufman a révélé son talent de photographe à travers des clichés hautement provocants. Décidé à créer l'événement pour sa prochaine exposition, il est prêt à aller encore plus loin dans l'exploration des aspects les plus sombres de l'humanité. Lancé dans une quête obsessionnelle des pires aspects de l'homme, Leon s'intéresse à un tueur en série, Mahogany, qui traque les banlieusards prenant les derniers métros pour rentrer chez eux, avant de les tuer avec une sauvagerie inimaginable. La fascination de Leon pour Mahogany va le conduire de plus en plus loin dans les méandres du métro, au coeur même du mal. Sans le vouloir, il va entraîner Maya, sa petite amie, avec lui. Chaque ticket est peut-être un aller simple vers la mort...

Offres VOD de Midnight Meat Train

Pas d'offres actuellement.

Photos de Midnight Meat Train

DR
PRODUCTION / LAKESHORE ENTERTAINMENT
PRODUCTION / LAKESHORE ENTERTAINMENT

Midnight Meat Train

MIDNIGHT MEAT TRAIN ; THE MIDNIGHT MEAT TRAIN (2007)

MIDNIGHT MEAT TRAIN ; THE MIDNIGHT MEAT TRAIN (2007)

Casting de Midnight Meat Train

Bradley Cooper
Leon Kauffman

Critiques de Midnight Meat Train

  1. Première
    par Alex Masson

    (...) Cette descente aux enfers dans le métro new-yorkais d’un photographe obsédé par la face sombre de l’humanité surpasse la plupart des récents films d’horreur. Contrairement à Saw et autres Hostel, Midnight Meat Train ne cache pas, derrière un alibi de pseudo-transgression, son envie assumée d’un retour aux fondements du genre, entre sens du bricolage des séries B à la Roger Corman et influences issues de grands classiques, Lovecraft en tête. Et cela, sans le désormais habituel filet de protection qu’est le second degré. Kitamura revient – lors des scènes gore et raffinées – à la chair même des écrits de Barker dont
    il restitue la poésie macabre, aussi inquiétante que fascinante.