Date de sortie 10 mai 2017
Réalisé par Fabrice Du Welz
Avec Chadwick Boseman , Luke Evans , Teresa Palmer
Scénariste(s) Stephen CORNWELL, Oliver Butcher
Pays de production france, Belgique, Royaume-Uni
Genre Thriller

Synopsis

En provenance de Cape Town, Jacob King débarque à Los Angeles à la recherche de sa sœur disparue. Avec un billet retour pour l’Afrique du Sud sept jours plus tard, et 600 dollars en poche. Au bout de 24 heures, il découvre que sa sœur est morte dans des circonstances étranges…

Offres VOD de Message From the King

Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Message From the King

Dernières News sur Message From the King

Message from the King : un film de vengeance sensuel et stylé

Message from the King est disponible en DVD et Blu-ray

Jeu concours : Gagnez des places pour Message from the King

Un polar urbain brutal porté par Chadwick Boseman, le Black Panther de Marvel.

Photos de Message From the King

DR

Critiques de Message From the King

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Message from the King : un film de vengeance sensuel et stylé

    Le cinéaste belge Fabrice Du Welz est parti explorer les bas-fonds de Los Angeles.

    Immédiatement après son superbe AlleluiaFabrice Du Welz, le réalisateur de Calvaire et Vinyan, a enchaîné avec ce projet hollywoodien aux antipodes de tout ce qu'il avait fait auparavant. Le risque était comparable à un saut dans le vide, mais Du Welz, comme Nicolas Winding Refn, carbure au danger. C'est pourquoi il ne lui a pas fallu longtemps pour accepter de tout lâcher et d'aller tourner sans filet à Los Angeles, une ville où il n'avait jamais mis les pieds. Le script passe-partout (signé par les scénaristes de Sans identité) suit un Sud-Africain débarquant à L.A. pour retrouver sa soeur disparue. Son enquête le mettant sur la piste de personnages déplaisants, il va se déchaîner contre eux avec la rage de quelqu'un qui n'a plus rien à perdre.

    Conventions prestigieuses

    On imagine facilement ce qu'un tel matériau aurait pu donner entre les mains d'un mercenaire uniquement préoccupé de rentabilité. Du Welz en a fait un film plus personnel et empathique, sans renoncer aux conventions d'un genre plutôt prestigieux : il n'y a pas de honte à exploiter l'héritage de Raymond Chandler et de James Ellroy, surtout si on y ajoute l'inspiration du Hardcore de Paul Schrader (où un père de famille partait à la recherche de sa fille perdue dans le milieu de la pornographie), transposé en Californie. Le résultat est plus qu'honorable, compte tenu des enjeux. Malgré certains défauts imputables au script (les méchants trop schématiques) et quelques trop brèves scènes d'action, le film brille par sa représentation d'un univers trouble et ambigu, où les castes et les communautés se côtoient sans se mélanger, et où la beauté se révèle dans les endoits les plus inattendus. En tant qu'outsider, le cinéaste s'est étrangement identifié à son personnage principal (impeccable Chadwick Boseman), qui débarque avec des moyens très limités pour affronter des conditions difficiles. Privé de sa garde rapprochée habituelle, Du Welz a trouvé avec la directrice de la photo Monica Lenczewska une alliée précieuse, qui l'a soutenu dans son choix de tourner en pellicule, et dont l'image incisive apporte au film une qualité viscérale, sensuelle et intemporelle.