Date de sortie 4 décembre 2019
Durée 95 mn
Réalisé par Rubaiyat Hossain
Avec Rikita Nandini Shimu , Novera Rahman , Parvin Paru
Scénariste(s) Rubaiyat Hossain, Philippe Barrière
Distributeur PYRAMIDE DISTRIBUTION
Année de production 2019
Pays de production Bangladesh
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Shimu, 23 ans, travaille dans une usine textile à Dacca, au Bangladesh. Face à des conditions de travail de plus en plus dures, elle décide avec ses collègues de monter un syndicat, malgré les menaces de la direction et le désaccord de son mari. Ensemble, elles iront jusqu’au bout.

Offres VOD de Made in Bangladesh

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Made in Bangladesh

Photos de Made in Bangladesh

AFFICHE
Pyramide Distribution / Les Films de l'Après-Midi / Khona Talkies / Beofilm / Midas Filmes / Cinema Cocoon
GALERIE
Pyramide Distribution / Les Films de l'Après-Midi / Khona Talkies / Beofilm / Midas Filmes / Cinema Cocoon
GALERIE
Pyramide Distribution / Les Films de l'Après-Midi / Khona Talkies / Beofilm / Midas Filmes / Cinema Cocoon
GALERIE
Pyramide Distribution / Les Films de l'Après-Midi / Khona Talkies / Beofilm / Midas Filmes / Cinema Cocoon
GALERIE
Pyramide Distribution / Les Films de l'Après-Midi / Khona Talkies / Beofilm / Midas Filmes / Cinema Cocoon
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Made in Bangladesh, affiche

Made in Bangladesh, affiche

Rikita Nandini Shimu (Shimu)

Rikita Nandini Shimu (Shimu)

Rikita Nandini Shimu (Shimu)

Rikita Nandini Shimu (Shimu)

Novera Rahman (Daliya), Rikita Nandini Shimu (Shimu), personnages, Parvin Paru (Maya)

Novera Rahman (Daliya), Rikita Nandini Shimu (Shimu), personnages, Parvin Paru (Maya)

Rikita Nandini Shimu (Shimu) au centre, personnages

Rikita Nandini Shimu (Shimu) au centre, personnages

Critiques de Made in Bangladesh

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Made in Bangladeshappartient à la catégorie des films à sujet inattaquable qui peuplent les palmarès des festivals (cf. Cannes 2019), et dont la sincérité de ceux qui les réalisent ne souffre d’aucune discussion. La réalisatrice dépeint ici le combat d’une jeune femme employée d’une usine de textile bangladaise, aux conditions de travail déplorables. Malgré la pression menaçante de son employeur et l’opposition de son mari, elle va tenter d’y créer un syndicat. Le cinéma sert évidemment à mettre un coup de projecteur sur les injustices du monde et ces héroïnes qui s’attachent à les faire disparaître. Mais des films aussi scolaires où rien ne dépasse servent-ils le cinéma ? Quand on est mû par le seul désir de reconstituer sans la trahir la réalité la plus brutale, on oublie souvent d’en faire. Et la forme documentaire aurait été ici finalement plus appropriée.