Titre original Iklimler
Date de sortie 17 janvier 2007
Durée 98 mn
Réalisé par Nuri Bilge Ceylan
Avec Ebru Ceylan , Nuri Bilge Ceylan , Nazan Kesal
Scénariste(s) Nuri Bilge Ceylan
Année de production 2006
Pays de production TURQUIE, France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

L'auteur d'"Uzak" livre une introspection amère et lancinante sur la déliquescence d'un couple de la bourgeoisie turque contemporaine.

Offres VOD de Les Climats

Orange SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Les Climats

Photos de Les Climats

DR
PRODUCTION / PYRAMIDE PRODUCTIONS
PRODUCTION / PYRAMIDE PRODUCTIONS
PRODUCTION / PYRAMIDE PRODUCTIONS
PRODUCTION / PYRAMIDE PRODUCTIONS
PRODUCTION / PYRAMIDE PRODUCTIONS
PRODUCTION / PYRAMIDE PRODUCTIONS
PRODUCTION / PYRAMIDE PRODUCTIONS
PRODUCTION / PYRAMIDE PRODUCTIONS
PRODUCTION / PYRAMIDE PRODUCTIONS

Les climats

LES CLIMATS ; IKLIMLER (2005)

Film de Nuri Bilge CEYLANNuri Bilge CEYLAN

LES CLIMATS ; IKLIMLER (2005)

Film de Nuri Bilge CEYLANNuri Bilge CEYLAN

LES CLIMATS ; IKLIMLER (2005)

Film de Nuri Bilge CEYLANEbru CEYLAN et Nuri Bilge CEYLAN

LES CLIMATS ; IKLIMLER (2005)

Film de Nuri Bilge CEYLANNuri Bilge CEYLAN et Ebru CEYLAN

LES CLIMATS ; IKLIMLER (2005)

LES CLIMATS ; IKLIMLER (2005)

LES CLIMATS ; IKLIMLER (2005)

LES CLIMATS ; IKLIMLER (2005)

LES CLIMATS ; IKLIMLER (2005)

Critiques de Les Climats

  1. Première
    par Olivier de Bruyn

    Nuri Bilge Ceylan sait comme nul autre capter les élans contrariés, les retrouvailles vouées à la déconfiture poisseuse, les mouvements infinitésimaux qui, plus que les longs discours explicatifs, racontent la tristesse et le désir, l’angoisse de perdre l’autre et le mépris de soi. Self-made-man de ses films ( non content de les écrire, réaliser, interpréter et produire, il travaille itou à la photo et au montage), Nuri ne donne pourtant jamais le beau rôle à son ego. Et son portrait ( autoportrait ?) à la fois bouleversant et absurde d’un type rongé par l’égoïsme, la peur et la violence ne s’oublie pas. Pas du tout.