Date de sortie 7 juin 2017
Durée 100 mn
Réalisé par Barbet Schroeder
Scénariste(s) Barbet Schroeder
Année de production 2017
Pays de production France, Suisse
Genre Film documentaire
Couleur Couleur

Synopsis

Les ethnies musulmanes de Birmanie sont depuis longtemps victimes de violences. Des moines bouddhistes extrémistes, dont le célèbre Wirathu, attisent, par leur discours, la haine vis-à-vis de cette communauté. Un paradoxe alors cette religion pacifique est fondée sur la tolérance et la non-violence. Barbet Schroeder a décidé de s'entretenir avc le personnage pour mieux décortiquer son discours xénophobe et haineux...

Offres VOD de Le Vénérable W.

Cinemasalademande SD Cinemasalademande 3.99 € Louer
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 4.99 € Louer 16.99  € Acheter

Toutes les séances de Le Vénérable W.

Dernières News sur Le Vénérable W.

Le vénérable W. est un doc percutant

Barbet Schroeder conclut une passionnante réflexion sur les différentes représentations du mal.  

Barbet Schroeder : "Je veux comprendre comment le mal fonctionne"

Rencontre avec le réalisateur du Vénérable W.

Photos de Le Vénérable W.

Critiques de Le Vénérable W.

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Le vénérable W. est un doc percutant

    Barbet Schroeder conclut une passionnante réflexion sur les différentes représentations du mal.

    1974. Avec Général Idi Amin Dada : Autoportrait, Barbet Schroeder fait basculer son cinéma baba cool (MoreLa Vallée) dans l’âge adulte. À partir de ce film d’exception, il n’aura que de cesse d’explorer les ténèbres de l’âme humaine à travers des documentaires et des fictions. Avec Le vénérable W., il clôt de la plus belle manière sa « Trilogie du Mal », entamée avec Général Idi Amin Dada… et poursuivie avec L’Avocat de la terreur -portrait de l’ambigu Jacques Vergès. Dans ce nouveau documentaire tourné dans des conditions difficiles et dangereuses, il s’intéresse à la figure controversée d’Ashin Wirathu, moine bouddhiste qui professe l’épuration ethnique envers la population musulmane minoritaire de Birmanie. Ses prêches, d’une violence rare, sont à l’origine de crimes contre l’humanité que les instances internationales ne parviennent toujours pas à endiguer.

    Journal de l’horreur

    Comme dans Général Idi Amin Dada…, Schroeder nous confronte à un personnage de « monstre sympathique » qui déroule avec le sourire son discours de haine devant une caméra neutre et les questions faussement naïves de l’intervieweur. La méthode a fait ses preuves : en instaurant un climat de confiance avec son interlocuteur, le réalisateur suisse obtient des confidences effrayantes de banalité qui légitiment l’horreur. Il entrecoupe les propos d’images, parfois insoutenables, de massacres filmés avec les moyens du bord, smartphones, caméras de télévisions, et autres. Ce patchwork visuel est parfois brouillon mais confirme le chaos à l’œuvre dans cette région du monde laissée aux mains de gourous haineux, de politiciens dépassés (dont l’ex-prix Nobel, Aung San Suu Kyi) et de militaires sanguinaires.