Titre original The Congress
Date de sortie 3 juillet 2013
Durée 122 mn
Réalisé par Ari Folman
Avec Robin Wright , Kodi Smit-McPhee , Harvey Keitel
Scénariste(s) Ari Folman
Distributeur ARP
Année de production 2013
Pays de production Allemagne, France, ISRAËL
Genre Film de science-fiction
Couleur Couleur

Synopsis

Quand une femme est une mère et une actrice célèbre, Quand son fils est malade, que sa beauté se fane, Dans un monde qui peut la scanner et la garder jeune pour toujours, Quels sont ses choix ?Robin Wright (qui joue Robin Wright), se voit proposer par la Miramount d’être scannée.Son alias pourra ainsi être librement exploité dans tous les films que la major compagnie hollywoodienne décidera de tourner, même les plus commerciaux, ceux qu’elle avait jusque-là refusés.Pendant 20 ans, elle doit disparaître et reviendra comme invitée d’honneur du Congrès Miramount-Nagasaki dans un monde transformé et aux apparences fantastiques…D'après le roman de Stanislas Lem

Offres VOD de Le Congrès

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Le Congrès

Photos de Le Congrès

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Le Congrès

Le congrès

Le congrés

Le congres

Le congres

Le congr

Le congrés

Affiche Française

Le congres

Le congres

Le congres

Le congres

Le congres

Le congres

Le congres

Le congres

Le congres

Casting de Le Congrès

Robin Wright
Robin Wright
Paul Giamatti
le docteur Barker

Critiques de Le Congrès

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    L’ambition du nouveau film d’Ari Folman (Valse avec Bachir) crève l’écran avec ses ensorcelantes réflexions sur l’image, la technologie, la vieillesse, la maladie et le fanatisme. La performance vertigineuse de Robin Wright, qui joue « une » Robin Wright allant d’humiliation en humiliation, ajoute au trouble qui nous étreint dès les premières images prometteuses de cette expérience de cinéma. Puis, après un climax ébouriffant qui scelle le destin tragique de l’héroïne, le film opère un radical virage esthétique et dramatique : aux prises de vues réelles succède l’animation dont le style, mi-manga, mi-performance capture, ne convainc pas ; à l’influence majeure de Philip K. Dick (manipulation, cynisme, cybervision) se substitue celle, moins flatteuse, de Jaco Van Dormael (confusion, préciosité). Drôle d’objet assez fascinant.