Titre original Puss in Boots
Date de sortie 30 novembre 2011
Durée 91 mn
Réalisé par Chris Miller
Scénariste(s) Brian Lynch, David H Steinberg, Tom Wheeler, Jon Zack
Distributeur Paramount Pictures France
Année de production 2011
Pays de production Etats-Unis
Genre Film d'animation
Couleur Couleur

Synopsis

C’était bien avant que notre mythique Chat Potté ne croise la route de Shrek… Le légendaire félin, et non moins redoutable amant, s’était alors embarqué dans un périple riche en rebondissements, avec la ravissante et rusée Kitty Pattes de Velours et Humpty Alexandre Dumpty, véritable "cerveau" de l’opération. Leur objectif : s’emparer de la fameuse Oie aux Œufs d’Or pour sauver la ville où le Chat Potté a grandi. Voici l’histoire véridique du Chat, du Mythe, de la Légende et… des Bottes !Existe en version 3D

Offres VOD de Le Chat potté

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Le Chat potté

Dernières News sur Le Chat potté

Le Chat Potté fait ses griffes sur France 4 ce soir

En attendant le reboot de la saga Shrek, le Chat Potté revient à la télé.

Un reboot pour Shrek

Dreamworks annonce un reboot de la saga d’animation Shrek.    

Photos de Le Chat potté

DR
DR

Le Chat Potté

Le Chat Potté

Critiques de Le Chat potté

  1. Première
    par Gael Golhen

    Toute la force de DreamWorks Animation est là : splendeur visuelle (on sent à chaque plan la griffe de Guillermo Del Toro, conseiller artistique), animation virtuose (la course- poursuite sur les toits de la ville) et hommage malin au western. Le problème, c’est le script. Alibi justifiant la débauche graphique, le récit de la rédemption du chat fonctionne à merveille pendant une demi-heure. Mais, quand le film bifurque et se met à ressembler à un conte de fées sous acide (des haricots radioactifs ? un œuf dur machiavélique ? un poussin muet qui louche et pond des œufs d’or ?), Le Chat... perd son équilibre, sa logique et le spectateur. Pas si grave cependant car l’abattage hallucinant d’Antonio Banderas suffit à maintenir les sens en éveil. Jamais un film d’animation n’avait été aussi bien « incarné ». En félin fêlé, l’icône ibère tient l’un de ses meilleurs rôles.

  2. Première
    par Gael Golhen

    Toute la force de DreamWorks Animation est là : splendeur visuelle (on sent à chaque plan la griffe de Guillermo Del Toro, conseiller artistique), animation virtuose (la course- poursuite sur les toits de la ville) et hommage malin au western. Le problème, c’est le script. Alibi justifiant la débauche graphique, le récit de la rédemption du chat fonctionne à merveille pendant une demi-heure. Mais, quand le film bifurque et se met à ressembler à un conte de fées sous acide (des haricots radioactifs ? un œuf dur machiavélique ? un poussin muet qui louche et pond des œufs d’or ?), Le Chat... perd son équilibre, sa logique et le spectateur. Pas si grave cependant car l’abattage hallucinant d’Antonio Banderas suffit à maintenir les sens en éveil. Jamais un film d’animation n’avait été aussi bien « incarné ». En félin fêlé, l’icône ibère tient l’un de ses meilleurs rôles.