Toutes les critiques de La Vache

Les critiques de Première

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Pour son deuxième long métrage après Né quelque part (2012), Mohamed Hamidi tisse à nouveau des ponts entre l’Algérie et la France dans cette comédie itinérante, naïve et revigorante. Paysan algérien, Fatah est moqué par les villageois pour son attachement à sa vache Jacqueline. Invité au salon de l’Agriculture à Paris, il débarque à Marseille et se met en route, à pied, pour la capitale. Face à Jamel Debbouze (irrésistible) et Lambert Wilson (impeccable), Fatsah Bouyahmed est formidable de simplicité et de drôlerie. Joliment écrit et riche d’idées originales, cette fable sur la dignité en forme de lumineux road-movie ne propose que des rencontres positives. Ça nous change ! I

Les critiques de la Presse

  1. Le Parisien
    par Pierre Vavasseur

    Après "Né quelque part", son premier long-métrage en 2012, il signe un pur bonheur de cinéma avec, pour star inattendue, une vache.

  2. Culture box by france Tv
    par Boris Courret

    Pari gagné en tout cas, malgré un scénario linéaire et attendu, tant Fatsah est touchant. Touchant d'humanité. De candeur. Touchant de sincérité.

  3. Paris Match
    par Alain Spira

    Forçant parfois le trait, Fatsah Bouyahmed (ce rôle lui a valu le prix Michel Galabru au dernier festival de l'Alpe-d'Huez) parvient à donner une belle envergure à son personnage de plouc naïf et inculte qui, en osant aller jusqu'au bout de ses rêves, acquiert l'étoffe d'un héros. 

  4. La Croix
    par Corinne Renou-Nativel

    La sensibilité et le sens de la repartie participent au bonheur de ce road-movie humaniste.

  5. Les Inrocks
    par Serge Kaganski

    (...) un feel good movie sur lequel on n’a pas envie de s’énerver même s’il pousse loin le bouchon du sirop unanimiste et s’il n’est pas toujours aussi drôle que dans la scène où Fatah tente de corrompre un fonctionnaire avec un billet de 5 euros.

  6. Metronews
    par Marilyne Letertre

    Pétrie de bons sentiments, cette fable naïve agace parfois mais trouve son salut dans le capital sympathie de son acteur principal, drôle et touchant. 

  7. Le Monde
    par Isabelle Regnier

    (...) cette comédie réunit deux films en un seul (...) Symptomatique de la comédie française contemporaine, cette manière de dresser un tableau idyllique d’un pays sans conflit, où le bonheur s’obtient en restant à sa place sans faire de vague, contrecarre tristement tout ce que le premier film pouvait promettre de fantaisie, d’originalité et de liberté.

     

  8. Nouvel Obs
    par La rédaction du Nouvel Obs

    Que Fatsah Bouyahmed, qui incarne à la perfection Fatah, soit quasi inconnu du spectateur facilite grandement la confusion entre le personnage et l’acteur, et c’est pour "la Vache" une vertu cardinale. Au même titre qu’une gentillesse parfois un peu forcée, mais sans excès de sucre.

  9. Libération
    par Clément Ghys

    Tout suit une ligne droite et le film ne s’offre pas les audaces ou pas de côté qu’il accorde à son héros. (...) Mais la Vache est traversée par des dialogues parfois vraiment drôles, jouant sur différents registres de comédie, chacun incarné par un personnage.

  10. A voir à lire
    par Frédéric Mignard

    Bref, le spectacle est jovial, mais inoffensif, voire naïf dans sa peinture d’une France si généreuse qu’on a honnêtement du mal à se reconnaître dedans. 

  11. Télérama
    par Cécile Mury

    Débordant d'énergie comique et de dignité surannée, ce tendre hurluberlu et son interprète, Fatsah Bouyahmed, nous évitent (de justesse) l'overdose de rose.

  12. MyTF1News
    par romain le ver

     Une comédie chaleureuse et fédératrice (...)

  13. Le JDD
    par La rédaction du JDD

    Une histoire riche en bons sentiments, mais racontée sans clichés ni angélisme avec une distance amusée et une ironie pertinente.

  14. Gala
    par Camille Choteau

    Le film repro­duit à merveille ces situa­tions cocasses, quitte à parfois friser le conte naïf: ellipses peu réalistes, trop-plein d'opti­misme.

  15. StudioCiné Live
    par Laurent Djian

    La comédie nage dans la caricature et le folklore de pacotille, c'est du cinéma périmé.

  16. 20 Minutes
    par Caroline Vié

    Le héros naïf mais donneur de leçon tape sur les nerfs en un temps record. (...) C’est une fable mais quand même : l’abus de sucre fait grincer des dents. D’autant que l’absence de méchant diminue les enjeux du film.