Date de sortie 6 janvier 2016
Durée 98 mn
Réalisé par Olivier Loustau
Avec Christa Théret , Olivier Loustau , Florence Thomassin
Scénariste(s) Olivier Loustau
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2015
Pays de production france
Producteurs Julie Gayet
Couleur Couleur

Synopsis

Vital, 40 ans, travaille comme chef d'atelier dans une usine textile. Il est choisi comme "cobaye" par Alix, 25 ans, venue réaliser une étude ergonomique dans l'entreprise de son père, sous couvert d'anonymat. La fille du patron tombe rapidement sous le charme de cet ouvrier réservé et secret qui s'ouvre peu à peu à son contact et semble rêver d'une autre vie. Un soir, ils s'échappent tous les deux, à moto.  C'est le début d'une liaison chaotique où la différence sociale attire les amants autant qu'elle les déchire…

Offres VOD de La Fille du patron

Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 13.99  € Acheter

Toutes les séances de La Fille du patron

Dernières News sur La Fille du patron

La Fille du patron : une histoire d'amour transgressive

Un premier film surprenant en forme de manifeste sentimental en milieu ouvrier

Julie Gayet, reine de la première de La Fille du Patron

La productrice de la comédie romantique a fait de l'ombre à Christa Theret.

Photos de La Fille du patron

Critiques de La Fille du patron

  1. Première
    par Bernard Achour

    Le fantôme de Patron incognito, l’émission de téléréalité de M6, plane lourdement sur la mise en place de l’intrigue. Va-t-on assister à un vaudeville socio-démago aux allures de prime time ripoliné pour tout public ? Surprise ! Un habile coup de force scénaristique balaie vite le doute. Commence alors une histoire d’amour tranquillement transgressive, manifeste sentimental à la teneur palpitante, auquel se superpose un regard tout ce qu’il y a de sympathique et de chaleureux sur le monde ouvrier en période de crise économique et de délocalisations crève-cœur. Sans égaler le formidable Discount, sorti en tout début d’année, voici un nouvel exemple de premier film français capable d’observer son époque et de faire du cinéma tout en adaptant à son profit les codes d’un divertissement qu’on aurait tort de croire joué d’avance.