Date de sortie 25 février 2015
Réalisé par Joseph Morder
Avec Andy Gillet , Alexandra Stewart , Rosette
Scénariste(s) Joseph Morder
Distributeur Epicentre Films
Année de production 2015
Pays de production FR
Genre Drame
D’après l’œuvre de Joseph Morder

Synopsis

Valentin est un jeune peintre qui vit dans le monde imaginaire de ses tableaux. Lorsqu’il retrouve sa grand-mère Nina, une émigrée juive polonaise dont il se sent très proche, il lui confie son manque d’inspiration et sa solitude. Au fil de ces quelques jours passés ensemble dans un Paris rêvé, Valentin exprime de plus en plus le besoin de connaître le passé que Nina a toujours cherché à dissimuler...

Offres VOD de La Duchesse de Varsovie

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Imineo SD Imineo 2.99 € Louer 11.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de La Duchesse de Varsovie

Photos de La Duchesse de Varsovie

DR
DR
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés
Epicentre Films / La Vie est Belle Films Associés

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

La Duchesse de Varsovie

Casting de La Duchesse de Varsovie

Rosette
Alexandra

Critiques de La Duchesse de Varsovie

  1. Première
    par Bernard Achour

    Dans le registre de la stylisation poussée à son paroxysme, ce film rejoint les chefs-d’oeuvre d’artifice que sont "Coup de coeur", de Coppola, "Smoking/No Smoking", de Resnais ou "Dogville", de von Trier. Ici, ce sont les retrouvailles entre une grand-mère au passé douloureux et son petit fils en plein spleen existentiel que Morder met en scène dans des décors entièrement peints et qu’il transcende grâce à une réalisation qui tutoie la splendeur. Paradoxalement, le point faible de cet impressionnant geste de cinéma réside dans l’intention qui tient sans doute le plus à coeur à son auteur. Morceau de bravoure émotionnel annoncé, la confession de l’aïeule, aussi intense et respectable que naïvement écrite et convenue, parasite la fascination ambiante, avant qu’elle ne reprenne par bonheur ses droits lors de l’épilogue.