Titre original The History of Love
Date de sortie 9 novembre 2016
Durée 134 mn
Avec Gemma Arterton , John Hurt , Sophie Nélisse
Année de production 2016
Pays de production Etats-Unis
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Il y a 60 ans, la guerre a séparé Leo et Alma, deux jeunes Polonais. Parce qu'elle était juive, elle a dû fuir à New York. Elle a fait promettre au jeune homme de la retrouver. Mais rien ne s'est passé comme prévu. Depuis, il n'a jamais oublié son grand amour et mène une vie fantasque auprès de son ami Bruno Leibovitch à Chinatown. A Brooklyn, de nos jours, la jeune Alma connaît ses premiers émois amoureux. Elle sort avec un garçon mais le repousse pour ne pas passer pour une fille facile. Malgré son jeune âge, la jeune fille ne se fait guère d'illusions sur l'amour. C'est alors qu'elle croise la route de Léo...

Offres VOD de L'Histoire de l'amour

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de L'Histoire de l'amour

Photos de L'Histoire de l'amour

Critiques de L'Histoire de l'amour

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    En remontant la trace d’un manuscrit sud-américain, une jeune Américaine va croiser sa propre expérience de l’amour avec celle de l’auteur du roman dont le propre itinéraire est raconté en parallèle. D’ordinaire, on aime Radu Mihaileanu, son engagement, son sens du romanesque, sa foi dans l’homme, son baroque échevelé qui en font l’équivalent franco-roumain d’Emir Kusturica. La trop folle ambition de son nouveau film, incarné par le caractère définitif du titre, a cette fois raison de notre bienveillance. Inutilement complexe, mélangeant le présent et différents niveaux de passé ainsi que deux intrigues parallèles arbitrairement reliées, L’histoire de l’amour est un mélo assez indigeste qui rappelle le cinéma de Claude Lelouch dans ses pires moments. Malgré la présence en leurs rangs des honorables Derek Jacobi et Elliot Gould, les acteurs sauvent à peine les meubles : ils sont tous en surrégime, à l’exception notable de Gemma Arterton, incarnation parfaite de l’idéal romantique. Christophe Narbonne