Date de sortie 4 juillet 2018
Durée 105 mn
Réalisé par Marie Monge
Avec Tahar Rahim , Stacy Martin , Bruno Wolkowitch
Scénariste(s) Romain Compingt, Julien Guetta, Marie Monge
Distributeur BAC FILMS
Année de production 2018
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Lorsqu’Ella rencontre Abel, sa vie bascule.
Dans le sillage de cet amant insaisissable, la jeune fille va découvrir le Paris cosmopolite et souterrain des cercles de jeux, où adrénaline et argent règnent. D’abord un pari, leur histoire se transforme en une passion dévorante.

Offres VOD de Joueurs

CANAL VOD HD SD CANAL VOD 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 4.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 4.99 € Louer 13.99  € Acheter

Toutes les séances de Joueurs

Dernières News sur Joueurs

Joueurs : rencontre avec Stacy Martin et Marie Monge

L'actrice et la réalisatrice de Joueurs au micro de Premiere

La programmation et les invités du Festival du Film De Cabourg 2018

32ème édition du Festival de Cabourg, comment voir les films ?

Photos de Joueurs

Critiques de Joueurs

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    La rencontre entre Ella, serveuse dans le bar de son père, et Abel, un nouvel employé, transpire la fièvre. Dans le premier quart d’heure de son premier film, Marie Monge capte parfaitement l’urgence du désir, son impérieuse nécessité en dépit de toute objectivité : Abel est un voyou, magnifique certes, mais un voyou qui détrousse la caisse d’Ella avant de l’ensorceler. Trompée mais séduite (à moins que ce ne soit l’inverse), Ella est l’incarnation d’une vie rangée qui réclame de la nouveauté et de l’imprévu. Avec Abel, elle va être servie : accroc au jeu, il va l’entraîner dans des cercles plus ou moins clandestins où leur amour va se consumer sous l’effet de cette addiction ruineuse plus forte que tout. Pas exempt de défauts (une narration par trop elliptique qui creuse une distance entre les personnages au lieu de la resserrer ; des seconds rôles, à l’exception du pote joué par Karim Leklou, inexistants), Joueurs séduit par sa capacité à mélanger les genres et à privilégier le rythme et la musicalité des scènes et des plans. Pour ces raisons, on a beaucoup évoqué à Cannes -le film concourait à la Quinzaine des Réalisateurs- une parenté écrasante avec Scorsese. On pense plutôt à Jacques Audiard, à son goût pour les personnages de marginaux et les rencontres fortuites fatales -coucou Sur mes lèvres. Marie Monge se cherche, tâtonne, expérimente. C’est en soi suffisant pour la distinguer du tout-venant des réalisateurs se reposant sur leurs acquis.