Date de sortie 4 octobre 2017
Durée 110 mn
Réalisé par Michael Haneke
Avec Isabelle Huppert , Jean-Louis Trintignant , Mathieu Kassovitz
Distributeur Les Films Du Losange
Année de production 2017
Pays de production france, ALLEMAGNE, Autriche
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

"Tout autour le Monde et nous au milieu, aveugles." Instantané d’une famille bourgeoise européenne.

Offres VOD de Happy End

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 11.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 11.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Happy End

Dernières News sur Happy End

"Si on fait du drame, il faut fâcher les gens"

Rencontre avec Michael Haneke autour de Happy End

Cannes 2017 : Happy End est un Haneke mineur

Cinq ans après Amour, Michael Haneke revient avec un film grinçant qui n’est pas son plus mémorable.

Photos de Happy End

Critiques de Happy End

  1. Première
    par Gael Golhen

    Parce que sa mère est hospitalisée après avoir avalé des calmants, une gamine de treize ans débarque chez sa tata cintrée (dans tous les sens du terme). Là, un vieux patriarche croulant flirte avec l’idée de suicide pendant que sa fille essaie de tenir la barre d’une famille très bourgeoise. Oui : Happy End ressemble à un concentré de la filmo tordue d’Haneke. Les tonalités et les constructions théoriques de Caché dans une suite directe d’Amour ; ses thèmes fétiches concassés dans un gigantesque jeu de massacre - les familles dysfonctionnelles, les rivalités intergénérationnelles, le retour du refoulé… jusqu’au titre ironique qui rappelle Funny Games.

    Le grain Trintignant
    Mais, bizarrement, il y a vraiment de l’humour dans ce dernier film. Haneke signe une farce becketienne (il y a des références à Cap au pire ou Oh les beaux jours), comme pour dire que, cette fois-ci, rien n’était sérieux. Il y a aussi des moments de cinéma très impressionnants où l’Autrichien met son art de la mise en scène géométrique et glaçante au service de sa fable destroy. La vérité, c’est qu’on ne voit rien de tout ça. Parce qu’il n’y a que Trintignant. Dès qu’il apparaît, avec son phrasé inouï, son timbre chaud et distant, sa science instinctive du jeu et du tempo de la scène, avec cette volonté de hurler la méchanceté du monde à la gueule de l’humanité toute entière, il bouffe le film, la pellicule. Intrigant de bout en bout, passant de la joie au malaise, de la lumière à l’obscurité avec sa légèreté de dandy légendaire, il est l’arme fatale de ce film étrange. C’est dans son rapport avec la gamine (génialement incarnée par Fantine Harduin) que réside l’étrange beauté méphistophélique de ce Happy End