Titre original Gigantic
Date de sortie 6 janvier 2010
Réalisé par Matt Aselton
Avec Zooey Deschanel , Paul Dano , John Goodman
Scénariste(s) Matt Aselton
Distributeur La Fabrique de Films
Année de production 2010
Pays de production US
Genre Romance

Synopsis

Brian Weathersby, célibataire de 28 ans, travaille comme vendeur dans un magasin de literie. Petit dernier de la famille, né tardivement de parents âgés, il cherche sa place dans le monde, complexé face à ses deux grands frères qui ont brillamment réussi. Insatisfait par son travail, il passe la plupart de son temps à essayer de réaliser son rêve: adopter un bébé venu de Chine ! Le jour où la charmante mais fantasque Harriet Lolly entre dans son magasin et s’endort dans l’un des lits, il tombe amoureux. Pour la séduire, il doit rivaliser avec son ours de père, Al Lolly, un collectionneur d’art grande gueule au lourd passé et aux poches pleines. Une histoire d’amour drôle et surréaliste, sur les difficultés qui surviennent lorsque deux jeunes gens aux familles excentriques se rencontrent inopinément et tombent amoureux l’un de l’autre.

Offres VOD de Gigantic

Pas d'offres actuellement.

Photos de Gigantic

DR
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION
PRODUCTION

Gigantic

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

GIGANTIC (2008)

Casting de Gigantic

Zooey Deschanel
Harriet 'Happy' Lolly
Paul Dano
Brian Weathersby
John Goodman
le père d'Happy
Edward Asner
monsieur Weathersby

Critiques de Gigantic

  1. Première
    par Stéphanie Lamôme

    Si le terme « décalé » est archigalvaudé, Gigantic, avec ses dialogues à coucher dehors, l’est pourtant intrinsèquement, sans calcul ni sophistication. Là où tant de scénaristes s’échinent à trouver le petit détail artificiel à dormir debout qui rendra leurs personnages « bigger than life », c’est comme si Aselton ne donnait pas d’autre choix à Brian et Happy que d’être ce qu’ils sont, sans explications.