Titre original La teta asustada
Date de sortie 17 juin 2009
Réalisé par Claudia LLOSA
Avec Magaly Solier , Susi Sanchez , Efrain Solis
Scénariste(s) Claudia LLOSA
Distributeur Jour2Fête
Année de production 2009
Pays de production PE,ES
Genre Drame

Synopsis

Fausta, très belle femme péruvienne, est atteinte du syndrome de la teta asustada, transmis par sa mère qui vient de mourir. L'oncle qui les héberge exige de Fausta qu'elle parte enterrer sa mère au village natal et finance les funérailles. La jeune femme, introvertie et sauvage, devient employée de maison chez une célèbre concertiste, à qui elle va redonner l'inspiration en lui chantant des poèmes en quechua. Cette rencontre est pour Fausta un premier pas vers sa libération...

Offres VOD de Fausta

SFR SD SFR 3.99 € Louer
UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD Orange 2.99 € Louer

Toutes les séances de Fausta

Photos de Fausta

PRODUCTION / OBERON CINEMATOGRAFICA / WANDA VISION / VELA PRODUCCIONES
PRODUCTION / OBERON CINEMATOGRAFICA / WANDA VISION / VELA PRODUCCIONES
PRODUCTION / OBERON CINEMATOGRAFICA / WANDA VISION / VELA PRODUCCIONES
PRODUCTION / OBERON CINEMATOGRAFICA / WANDA VISION / VELA PRODUCCIONES

FAUSTA ; LA TETA ASUSTADA (2009)

FAUSTA ; LA TETA ASUSTADA (2009)

FAUSTA ; LA TETA ASUSTADA (2009)

FAUSTA ; LA TETA ASUSTADA (2009)

Critiques de Fausta

  1. Première
    par Veronique Le Bris

    La perplexité est le sentiment qui domine devant cette histoire courte, récompensée de l’Ours d’or
    à Berlin. Vision originale et décalée d’un pays méconnu et très peu filmé (le Pérou), Fausta ne facilite pas le voyage. Sans repères – le film n’est situé ni
    en ville ni à la campagne et flotte entre un folklore ancestral et une modernité mal datée –, on erre avec l’héroïne dans les méandres de son âme perdue. Ce n’est ni à cause de l’interprétation de la singulière Magaly Solier ni à cause de la réalisation – illuminée sur la fin par des plans saisissants de la nature péruvienne –, mais simplement parce que la clé pour adhérer à l’histoire et à sa narration métaphorique ne nous est jamais livrée.