Date de sortie 28 décembre 2016 Prochainement
Durée 101 mn
Réalisé par Davy Chou
Avec Sobon Nuon , Cheanick Nov , Madeza Chhem
Scénariste(s) Claire Maugendre, Davy Chou
Année de production 2016
Pays de production France, Cambodge
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Diamond Island est une île sur les rives de Phnom Penh transformée par des promoteurs immobiliers pour en faire le symbole du Cambodge du futur, un paradis ultra-moderne pour les riches. Bora a 18 ans et, comme de nombreux jeunes originaires des campagnes, il quitte son village natal pour travailler sur ce vaste chantier. C’est là qu’il se lie d’amitié avec d’autres ouvriers de son âge, jusqu’à ce qu’il retrouve son frère aîné, le charismatique Solei, disparu cinq ans plus tôt. Solei lui ouvre alors les portes d’un monde excitant, celui d’une jeunesse urbaine et favorisée, ses filles, ses nuits et ses illusions.

Offres VOD de Diamond Island

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Diamond Island

Dernières News sur Diamond Island

Le guide des sorties de la semaine

Ce qu’il faut voir ou pas en salles cette semaine.

Diamond Island triomphe à Cabourg

Le film de Davy Chou remporte le Grand Prix du festival romantique

Photos de Diamond Island

DR

Critiques de Diamond Island

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Sur la presqu’île de Koh Pich, qui prolonge Phnom Penh, doit s’ériger Diamond Island, un quartier de luxe pour riches touristes en goguette. Venue de la campagne pour l’essentiel, une jeunesse cambodgienne désargentée trime jour et nuit pour donner vie au rêve des promoteurs chinois. Des amitiés se nouent, des amours naissent. Le jeune Bora retrouve son frère aîné, Solei, disparu cinq ans auparavant sans explications. Il lui fait toucher du doigt l’espoir d’un avenir meilleur mais à quel prix ? Le spleen post-ado sur fond de néons violets et de musique electro. Il y a du Spring Breakers dans cette chronique mélancolique de la jeunesse qui convoque aussi le fantôme de Rusty James (le grand frère charismatique et taiseux ; l’ennui comme figure esthétique ; les conflits oedipiens). Des références écrasantes, peut-être inconscientes, dont Davy Chou livre une vision plus poétique que désespérée ou nihiliste. Cela n’empêche pas la lucidité : les néons et les sourires des filles sont d’éternels et de redoutables cache-misère.