Titre original Di Renjie : zhi Sidatianwang
Date de sortie 8 août 2018
Durée 135 mn
Réalisé par Tsui Hark
Avec Mark Chao , Carina Lau , Kenny Lin
Scénariste(s) Chang Chia-Lu
Distributeur Les Bookmakers/The Jokers
Année de production 2018
Pays de production CHINE
Genre Film d'aventures
Couleur Couleur

Synopsis

Une vague de crimes perpétrée par des guerriers masqués terrifie l’Empire de la dynastie des Tang. Alors que l’impératrice Wu est placée sous protection, le Detective Dee part sur les traces de ces mystérieux criminels. Sur le point de découvrir une conspiration sans précédent, Dee et ses compagnons vont se retrouver au cœur d’un conflit mortel où magie et complots s’allient pour faire tomber l’Empire…

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
FTV SD FTV 10.99  € Acheter
Nolim Films SD HD Nolim Films 16.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Critiques

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    Bien établie, la recette d'un Detective Dee ne varie pas : le héros du titre, magistrat-enquêteur à l'instinct aussi infaillible que son kung fu- enquête sur un mystère d'apparence surnaturelle qui menace la cour impériale. Par conséquent, la recette d'une critique de Detective Dee ne va pas varier non plus comparé aux deux splendides volets précédents (Le Mystère de la flamme fantôme et La Légende du dragon des mers). Le réalisateur Tsui Hark, toujours maître de ses moyens, signe un grand divertissement virtuose, sans que le cahier des charges soit une routine mais plutôt une méthode.
    Dans La Légende des rois célestes, Dee est chargé par l'Empereur de conserver une épée forgée dans l'acier d'une météorite, symbole de pouvoir absolu ; tandis que l'Impératrice s'allie avec une bande de sorciers pour lui dérober l'épée. La méthode Dee, qui concentre tout l'héritage du wu xia pan et de King Hu (les scènes de combat sont d'une élégance affolante), est de composer le film comme un opéra (Wagner est d'ailleurs cité dans le score de Kenji Kawai via le thème de la chevauchée de la Walkyrie), donc un spectacle total faisant appel à toutes les ressources du cinéma, sonores, visuelles (la 3D est réellement splendide) et narratives. Tout le film se déroule à la capitale, et chaque scène prend les allures d'une scène de théâtre grandiose tant les extérieurs ressemblent à des intérieurs. Le monde est une scène.
    Du très grand divertissement, qui n'est jamais dupe du divertissement qu'il offre : les personnages aux allures et aux pouvoirs grandioses ont beau lancer des sortilèges et des maléfices, tout finit par s'expliquer rationnellement. Et le générique de fin -qui rappelle celui de son superbe La Bataille de la montagne du tigre sorti en 2015- donne définitivement au film un radical message politique, sur le mensonge par l'image et l'hubris des dominants, des gouvernants et de leurs sicaires. Un divertissement nécessaire, donc.