Date de sortie 19 mars 2014
Durée 90 mn
Réalisé par Marina De Van
Avec Missy Keating , Padraic Delaney , Robert Donnelly
Scénariste(s) Marina De Van
Distributeur KMBO
Année de production 2013
Pays de production France, IRLANDE
Genre Film d'horreur
Couleur Couleur

Synopsis

Meubles et objets se rebellent contre les occupants, laissant Neve, une fillette de 11 ans, seule rescapée du massacre sanglant qui a décimé sa famille. Des proches la recueillent et s’efforcent de lui faire surmonter cette épreuve traumatique en l’entourant d’amour. Mais la violence continue de se manifester et Neve ne retrouve pas la paix…

Offres VOD de Dark Touch

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Cinemasalademande HD SD Cinemasalademande 3.99 € Louer
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter

Toutes les séances de Dark Touch

Photos de Dark Touch

DR
DR
DR
DR
Karina Finegan
Karina Finegan
Karina Finegan
Karina Finegan
Karina Finegan
Karina Finegan
DR

Dark Touch

Dark touch

Dark Touch

Affiche Us

Dark touch

Dark Touch

Dark Touch

Dark Touch

Dark Touch

Dark Touch

Dark Touch

Dark Touch

Affiche Française

Critiques de Dark Touch

  1. Première
    par Thomas Agnelli

    Spécialiste ès troubles identitaires, Marina de Van a été révélée comme actrice par les premiers films de François Ozon, dont Sitcom, et comme cinéaste par des courts (notamment Bien sous tous
    rapports) et un long (Dans ma peau, 2002) puissants. Ici, elle propose une variation fantastique de Carrie et, derrière les oripeaux du genre, confronte un personnage féminin à son tumulte intérieur. A priori, avec une réalisatrice aussi douée aux commandes, on signe tout de suite. Las, blessée par l’échec critique et commercial de Ne te retourne pas, son précédent film, dans lequel Sophie Marceau
    se métamorphosait en Monica Bellucci, la cinéaste ne semble plus croire en ses plans, perdant confiance en son talent, abandonnant son style et ses obsessions (scandale organique, désorganisation psychique). Sans la moindre implication, elle exécute donc une série B ni troublante ni viscérale, desservie de surcroît par une interprétation calamiteuse. Sincèrement, on tombe de haut.