Toutes les critiques de Comme un seul homme

Les critiques de Première

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Il en est donc des plus grands exploits sportifs comme des meilleures intentions : ni les uns ni les autres ne suffisent pas à faire de grands films. Eric Bellion en apporte une nouvelle preuve à son corps défendant. Pour ce documentaire, il a décidé de se filmer pour sa toute première participation au Vendée Globe, le célèbre tour du monde à la voile en solitaire, sans assistance et sans escale. Tout au long de ces 99 jours épiques, on suit donc de l’intérieur face caméra ses émerveillements, ses doutes, ses rages, ses peines… Les férus de voile y trouveront peut-être leur compte. Mais, pour les autres, une fois passées les premières minutes, on a le sentiment de se retrouver devant une boucle infernale qui n’en finit pas de finir. Parce que manque, de fait, un point de vue extérieur pour resituer cet exploit au- delà du ressenti de celui qui le vit dans sa chair. Voilà pourquoi ces 82 minutes prennent si souvent l’apparence d’une traversée interminable.