Titre original Bouquet final
Date de sortie 5 novembre 2008
Réalisé par Michel DELGADO
Avec Didier Bourdon , Marc-André Grondin , Bérénice Bejo
Scénariste(s) Michel DELGADO
Distributeur Gaumont
Année de production 2008
Pays de production FR
Genre Comédie

Synopsis

Recruté comme directeur commercial Paris d'une entreprise américaine de pompes funèbres, Gabriel part trois mois en stage sur le terrain aux côtés de Gervais Bron, quinze ans de métier. Il parvient à dissimuler son nouveau job à ses parents et à son amoureuse, Claire, qui voient en lui un grand musicien, jusqu'au jour où il vend des obsèques à prix d'or à un vieux monsieur qui n'est autre que le grand-père de Claire...

Offres VOD de Bouquet Final

Imineo SD Imineo 2.99 € Louer 8.99  € Acheter
CANAL VOD HD SD CANAL VOD 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 9.99  € Acheter

Photos de Bouquet Final

PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO / GAUMONT
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO / GAUMONT
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO / GAUMONT
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO / GAUMONT
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO / GAUMONT
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO / GAUMONT
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO / GAUMONT
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO / GAUMONT
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO / GAUMONT
PRODUCTION / LES FILMS DU WORSO / GAUMONT

BOUQUET FINAL (2008)

BOUQUET FINAL (2008)

BOUQUET FINAL (2008)

BOUQUET FINAL (2008)

BOUQUET FINAL (2008)

BOUQUET FINAL (2008)

BOUQUET FINAL (2008)

BOUQUET FINAL (2008)

BOUQUET FINAL (2008)

BOUQUET FINAL (2008)

Critiques de Bouquet Final

  1. Première
    par Didier Roth-Bettoni

    Depuis le succès de la série Six Feet Under, le milieu des croque-morts est tendance. Cette comédie bon enfant en est une nouvelle illustration, qui n’ajoute rien aux précédentes. L’essentiel des situations comiques tient au fait que le jeune héros (l’acteur québécois Marc-André Grondin, découvert dans C.R.A.Z.Y.) cache à ses proches qu’il vient d’être embauché chez un entrepreneur de pompes funèbres (Didier Bourdon), ce qui entraîne quiproquos et malentendus. Rien là que de très habituel, le réalisateur usant, pour sa première mise en scène, des vieilles recettes qu’il utilisait déjà dans ses scénarios (L’Auberge rouge, L’Enquête corse). L’ensemble (humour, personnages, intrigue...) est donc sans grand relief, jamais antipathique, encore moins imaginatif.