Date de sortie 7 novembre 2012
Durée 102 mn
Réalisé par Alice Winocour
Avec Vincent Lindon , Soko , Chiara Mastroianni
Scénariste(s) Alice Winocour
Distributeur ARP Distribution
Année de production 2012
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Paris, hiver 1885. A l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, le professeur Charcot étudie une maladie mystérieuse : l’hystérie. Augustine, 19 ans, devient son cobaye favori, la vedette de ses démonstrations d’hypnose. D’objet d’étude, elle deviendra peu à peu objet de désir.

Offres VOD de Augustine

UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Augustine

Photos de Augustine

DR
DR
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
1996-98 AccuSoft Inc., All right
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
Franck
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER
JEAN CLAUDE LOTHER

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Affiche Française

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Augustine

Casting de Augustine

Vincent Lindon
le professeur Charcot
Soko
Augustine
Chiara Mastroianni
Constance Charcot

Critiques de Augustine

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Pour son premier long métrage, Alice Winocour s’empare d’un sujet passionnant mais galvaudé : les rapports entre un démiurge et sa « créature ». Il y a deux ans, Abdellatif Kechiche en donnait une formidable variante avec Vénus noire, qui poussait très loin l’étude de l’aliénation qu’une telle relation.implique. Plus modestement, Augustine s’attache à décrire la montée du désir chez les deux protagonistes, séparés par une montagne de préjugés et de réflexes de classe. Si l’ambiance mortifère du début, qui montre l’héroïne déambulant avec un oeil fermé, laissait espérer un traitement viscéral aux frontières du fantastique, l’intrigue, corsetée et linéaire, se charge de remettre très vite le film sur les rails de la normalité et du romanesque en costumes. On retient néanmoins son féminisme subtil, joliment défendu par Soko, face à un Vincent Lindon sobrement intense.