Titre original Tabi no Owari Sekai no Hajimari
Date de sortie 23 octobre 2019
Durée 120 mn
Réalisé par Kiyoshi Kurosawa
Avec Tokio Emoto , Ryô Kase , Atsuko Maeda
Scénariste(s) Kiyoshi Kurosawa
Année de production 2019
Pays de production Japon
Genre Drame
Couleur Couleur

Offres VOD de Au bout du monde

Pas d'offres actuellement.

Photos de Au bout du monde

AFFICHE
Eurozoom / King Records / Tokyo Theatres K.K. / Django Film / Loaded Films / Uzbekkino
GALERIE
Eurozoom / King Records / Tokyo Theatres K.K. / Django Film / Loaded Films / Uzbekkino
GALERIE
Eurozoom / King Records / Tokyo Theatres K.K. / Django Film / Loaded Films / Uzbekkino
GALERIE
Eurozoom / King Records / Tokyo Theatres K.K. / Django Film / Loaded Films / Uzbekkino
GALERIE
Eurozoom / King Records / Tokyo Theatres K.K. / Django Film / Loaded Films / Uzbekkino
GALERIE
Eurozoom / King Records / Tokyo Theatres K.K. / Django Film / Loaded Films / Uzbekkino
GALERIE
Eurozoom / King Records / Tokyo Theatres K.K. / Django Film / Loaded Films / Uzbekkino
GALERIE
Eurozoom / King Records / Tokyo Theatres K.K. / Django Film / Loaded Films / Uzbekkino
GALERIE
Eurozoom / King Records / Tokyo Theatres K.K. / Django Film / Loaded Films / Uzbekkino
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Au bout du monde, affiche

Au bout du monde, affiche

Atsuko Maeda (Yoko)

Atsuko Maeda (Yoko)

Atsuko Maeda (Yoko)

Atsuko Maeda (Yoko)

Atsuko Maeda (Yoko)

Atsuko Maeda (Yoko)

Atsuko Maeda (Yoko)

Atsuko Maeda (Yoko)

Atsuko Maeda (Yoko)

Atsuko Maeda (Yoko)

Atsuko Maeda (Yoko), personnages

Atsuko Maeda (Yoko), personnages

Atsuko Maeda (Yoko), personnages

Atsuko Maeda (Yoko), personnages

Atsuko Maeda (Yoko), non identifiés

Atsuko Maeda (Yoko), non identifiés

Critiques de Au bout du monde

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Habitué d’un cinéma de science-fiction (Invasion, Avant que nous disparaissions…) qu’il parvient régulièrement à transcender par une déchirante mélancolie, Kiyoshi Kurosawa change ici de registre en plongeant au cœur de l’Ouzbékistan dans les pas d’une journaliste télé japonaise dépêchée sur place pour une série de reportages. Entre Rendez-vous en terre inconnue et Lost in Translation, Au bout du monde raconte l’expérimentation complexe d’une culture étrangère. L’héroïne ne finira par la comprendre qu’en s’égarant petit à petit jusqu’à se perdre tout à fait pour renaître différente. Une morale un brin pataude que l’on voit venir de loin tout au long de ces deux heures d’une longueur et d’une langueur poseuses, qui abîment les évidentes qualités d’interprétation et de réalisation du film.