Date de sortie 2 octobre 2019
Durée 105 mn
Réalisé par Mati Diop
Avec Mama Sané , Amadou Mbow , Ibrahima Traoré
Scénariste(s) Mati Diop, Olivier Demangel
Distributeur Ad Vitam
Année de production 2019
Pays de production France, SÉNÉGAL
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers du chantier d’une tour futuriste, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, l’amant d’Ada, promise à un autre. Quelques jours après le départ des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage de la jeune femme et de mystérieuses fièvres s'emparent des filles du quartier. Ada est loin de se douter que Souleiman est revenu…

Offres VOD de Atlantique

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Atlantique

Dernières News sur Atlantique

Box-office du 2/09 : Alice et le maire l’emporte

Le film de Nicolas Pariser a une bonne longueur d’avance face à Gemini Man.

Guide des sorties du 2 octobre 2019

Ce qu’il faut voir cette semaine.

Photos de Atlantique

GALERIE
Ad Vitam / Les Films du Bal / Cinekap / Frakas Productions
GALERIE
Ad Vitam / Les Films du Bal / Cinekap / Frakas Productions
GALERIE
Ad Vitam / Les Films du Bal / Cinekap / Frakas Productions
GALERIE
Ad Vitam / Les Films du Bal / Cinekap / Frakas Productions
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Mame Bineta Sane (Ada)

Mame Bineta Sane (Ada)

Ibrahima Traoré (Souleiman)

Ibrahima Traoré (Souleiman)

Mama Sané (Ada), Ibrahima Traoré (Souleiman)

Mama Sané (Ada), Ibrahima Traoré (Souleiman)

Amadou Mbow (Issa)

Amadou Mbow (Issa)

Critiques de Atlantique

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Un premier long est souvent le rendez-vous d’un trop-plein d’envies, au cas où il n’y ait jamais de deuxième fois. Bien que récompensé du Grand Prix à Cannes cette année, le film de Mati Diop n’évite pas cet écueil. Atlantique démarre en effet comme un quasi-documentaire sur une réalité tragique : ces Africains qui quittent leurs pays sur des embarcations de fortune, voués à une mort presque certaine dans l’Atlantique en rêvant d’un monde meilleur en Europe. Parmi eux, il y a Souleiman, éperdument amoureux d’Ada, promise à un autre. Lui et ses collègues, sans salaire depuis des mois, partent donc une nuit sur une barque, dont on apprend vite qu’elle a sombré en mer. Jusqu’à ce qu’un soir, celui du mariage d’Ada, un incendie dévaste la maison où se produit la fête et de nombreuses fièvres inexpliquées s’emparent des personnes présentes... avant qu’on annonce à Ada avoir vu Souleiman rôder. Comme de retour des morts pour se venger des vivants. Mati Diop ne manque pas d’atouts pour s’aventurer dans cet exercice d’équilibriste entre réalisme et onirisme. À commencer par sa manière de filmer l’océan pour en faire un personnage à part entière de cette histoire. Le geste ne manque donc ni de panache ni d’ambition. Et pourtant, quelque chose ne fonctionne jamais tout à fait. Sans doute parce qu’on devine à l’avance chaque rebondissement. Et que par ricochet, tout paraît un peu trop scolaire, un peu trop fabriqué, un peu trop souligné. Et son scénario trop ténu finit par affaiblir l’atmosphère qu’elle a su insuffler à l’écran.