Date de sortie 14 janvier 2015
Durée 99 mn
Réalisé par Ana Lily Amirpour
Avec Sheila Vand , Arash Marandi , Marshall Manesh
Scénariste(s) Ana Lily Amirpour
Distributeur Pretty Pictures
Année de production 2014
Pays de production Etats-Unis, IRAN
Genre Film fantastique
Couleur Noir et blanc

Synopsis

Dans la ville étrange de Bad City, lieu de tous les vices où suinte la mort et la solitude, les habitants n’imaginent pas qu’un vampire les surveille. Mais quand l’amour entre en jeu, la passion rouge sang éclate…

Offres VOD de A Girl Walks Home Alone at Night

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
Imineo SD HD Imineo 5.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de A Girl Walks Home Alone at Night

Dernières News sur A Girl Walks Home Alone at Night

Photos de A Girl Walks Home Alone at Night

DR
DR
Pretty Pictures / Say Ahh Productions / SpectreVision / Logan Pictures / Black Light District
Pretty Pictures / Say Ahh Productions / SpectreVision / Logan Pictures / Black Light District
Pretty Pictures / Say Ahh Productions / SpectreVision / Logan Pictures / Black Light District
Pretty Pictures / Say Ahh Productions / SpectreVision / Logan Pictures / Black Light District
Pretty Pictures / Say Ahh Productions / SpectreVision / Logan Pictures / Black Light District
Pretty Pictures / Say Ahh Productions / SpectreVision / Logan Pictures / Black Light District
Pretty Pictures / Say Ahh Productions / SpectreVision / Logan Pictures / Black Light District

A Girl Walks Home Alone at Night

A Girl Walks Home Alone at Night

A Girl Walks Home Alone at Night

A Girl Walks Home Alone at Night

A Girl Walks Home Alone at Night

A Girl Walks Home Alone at Night

A Girl Walks Home Alone at Night

A Girl Walks Home Alone at Night

A Girl Walks Home Alone at Night

Casting de A Girl Walks Home Alone at Night

Critiques de A Girl Walks Home Alone at Night

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Les ombres de Jim Jarmusch (le spleen en musique) et de Georges Franju (le réalisme fantastique) planent au-dessus de ce film de vampires irano-américain dans lequel une silhouette inquiétante parcourt la ville de Bad City pour régler leur compte à des ordures masculines. D’aucuns pourront lire une métaphore de la société patriarcale iranienne dans cet objet élégant et fétichiste (Amirpour cite beaucoup Sergio Leone). Son atmosphère envoûtante s’inscrit dans une mouvance arty qui rebat plutôt joliment les cartes d’un cinéma indépendant américain légèrement sclérosé.