Dustin Hoffman et Robert Redford dans Les Hommes du président
Warner Bros. France

Ce soir, dans le cadre de l’émission, Place au cinéma, Dominique Besnehard propose le chef d’œuvre de Alan J. Pakula, Les hommes du Président, sur la révélation du Watergate. Voilà, cinq secrets sur ce film politique.

Robert Redford à l’initiative

Robert Redford comédien était déjà une star dans les années 1970. Il connaissait bien les journalistes du Washington Post, Bob Woodward et Carl Bernstein. Alors qu’ils s’attelaient à l’écriture de leur récit, il les a encouragés à écrire un livre sur la façon dont ils ont mené leur enquête, et non sur les faits précis sur lesquels ils ont enquêté. Leur livre, Les hommes du Président (All the President’s Men) est devenu un best-seller.

 

Pacino premier choix

Engagé pour interpréter Bob Woodward -par la Warner qui ne voulait que lui-, Robert Redford en est aussi devenu le producteur. Cependant, il a eu peur de détourner l’attention du sujet avec sa célébrité. Il a alors cherché un comédien aussi célèbre que lui pour interpréter Carl Bernstein. Son premier choix se porta sur un acteur qu’il admirait : Al Pacino, héros du Parrain et de sa suite. Mais Redford y réfléchit de nouveau et jugea que Dustin Hoffman était plus approprié pour le rôle. La légende veut que Robert Redford ait proposé Les hommes du Président à Dustin Hoffman, lors d’un match de basket-ball des Knicks, mais lors d’une récente interview au magazine Vanity Fair  le comédien a avoué que cela s’était déroulé en un un bref coup de fil. Dustin Hoffman, passionné par le Watergate, rêvait de mettre cette histoire à l’écran et accepta immédiatement.

Robert Redford: l'interview carrière

Un scénario sous haute surveillance

Evoquer un scandale politique moins de trois ans après les faits n’est pas une sinécure. D’autant que le Watergate conduit à la démission du Président des Etats-Unis, Richard Nixon. Du coup, rien ne pouvait être ajouté au scénario à moins qu’il ait été méticuleusement passé en revue, vérifié et confirmé par des sources indépendantes.

 

Deux acteurs à la mémoire phénoménale

Pour interpréter avec plus d’authenticité les journalistes en plaine enquête, Robert Redford et Dustin Hoffman ont décidé d’apprendre, en plus de leurs répliques, le texte de l’autre. Cela leur permettait ainsi de s’interrompre tout en restant dans le personnage. La scène la plus époustouflante est une conversation téléphonique que tient Robert Redford pendant six minutes. Il a tourné la scène en un seul plan séquence qui avance doucement sur lui.

 

L’identité de Gorge Profonde a été révélé au bout de 32 ans

L’informateur des journalistes du Washington Post, Bob Woodward et Carl Bernstein, est longtemps resté un mystère. C’est un des rédacteurs en chef du journal qui a choisi de lui donner le nom de code, Deep Throat (Gorge Profonde) d’après un film porno célèbre sorti l’année où il débuta ses révélations, en 1972. Jamais les journalistes n’ont dévoilé son identité. Ce n’est qu’en 2005, que le monde appris dans un article de Vanity Fair que Mark Felt, alors âgé de 91 ans, était Gorge Profonde. L’homme était numéro 2 du FBI à l’époque des faits.

Robert Redford, très touché par son César d'honneur

A lire aussi sur Première

Cinq choses à savoir sur… Un après- midi de chien

Al Pacino est à l’honneur de Place au cinéma ce soir sur France 5, présenté par Dominique Besnehard, pour sa seconde collaboration magistrale avec Sydney Lumet après Serpico, couronné de l’Oscar du scénario 1976.

Cinq choses à savoir sur La déchirure

Le tout premier long métrage de Roland Joffé est au programme de Place au cinéma ce soir sur France 5, présenté par Dominique Besnehard. Un coup d’essai façon coup de maître qui remporta 3 Oscars en 1985.