DR

Programme familial en perspective ce soir sur le petit écran avec le carton planétaire des studios Disney, le premier volet de la saga d'ados espions de Robert Rodriguez et un grand classique des Marx Brothers.

La reine des neiges de Chris Buck et Jennifer Lee

Anna, une jeune fille aussi audacieuse qu’optimiste, se lance dans un incroyable voyage en compagnie de Kristoff, un montagnard expérimenté, et de son fidèle renne, Sven à la recherche de sa sœur, Elsa, la Reine des Neiges qui a plongé le royaume d’Arendelle dans un hiver éternel…  En chemin, ils vont rencontrer de mystérieux trolls et un drôle de bonhomme de neige nommé Olaf, braver les conditions extrêmes des sommets escarpés et glacés, et affronter la magie qui les guette à chaque pas…Anna et Kristoff vont devoir rivaliser de courage et d’inventivité pour survivre et sauver le royaume du chaos...

Plus qu'un succès critique et public, La reine des neiges est devenu un véritable phénomène générationnel, voué à devenir avec les années l'un des classiques Disney les plus populaires de tous. Revisitant le conte du même nom de Hans Christian Andersen, le cinquante-troisième film estampillé "Classique d'animation" de Disney. Porté par l'entêtant Libérée, délivrée, Oscar de la meilleure chanson en 2014, La reine des neiges est devenu le plus gros succès de tous les temps pour un film d'animation, détrônant Toy Story 3 avec près de 1,3 milliard de dollars de recettes et 5,2 millions d'entrées en France (plus gros succès de l'année au box-office. Un succès d'une ampleur inattendue pour un film avec lequel Disney revenait à ses fondamentaux selon Première : "Dessinant avec humour un personnage de princesse nourrie de stéréotypes amoureux, le récit s’amuse à détourner les clichés attendus pour relater une autre histoire d’amour, plus sororale que romantique. […] Sur ce fond étonnamment sérieux, les réalisateurs osent la comédie musicale anachronique, à l’opposé des standards farceurs de l’animation. Si le film semble parfois un peu trop calibré pour Broadway, il n’empêche que ce contraste étonnant entre le fond et la forme provoque un retour en enfance immédiat pour qui ne craint pas le lyrisme et la magie". Bien lui en a pris, puisque le film fut également couronné par l'Oscar du meilleur film d'animation.

La reine des neiges est diffusé ce soir à 20h50 sur Canal+ Family.

Spy Kids de Robert Rodriguez

Carmen et Juni adorent l’histoire des espions racontée par leur maman Ingrid. Ils vivent dans une famille banale avec des parents ringards et ils rêvent des exploits. Ils voudraient aussi rencontrer Flopp, la star télé qui est en vérité un agent d’une terrible organisation secrète. Un jour, Ingrid et Gregorio, parents de Carmen et Juni sont enlevés par des mains géantes. Les enfants découvrent que leur maison est truffée de passages secrètes et de piéges. Mais ils découvrent également que leurs parents sont de supers espions. Carmen et Juni partent pour les délivrer. Ils les trouvent au château de Floop et les libèrent. La vie des enfants semble désormais plus drôle.

Davantage connu pour ses séries B décomplexées et survitaminées, Robert Rodriguez fait découvrir sa facette plus grand public avec Spy Kids, franchise résolument tournée vers les jeunes specateurs, qu'il réalise pour ses enfants, et ce sans second degré. S'entourant tout de même de quelques-uns de ses acteurs de prédilection (Antonio Banderas, Danny Trejo, Cheech Marin), Rodriguez signe avec Spy Kids "un film consciemment sans finasserie, mais plein d'énergie, de rythme et de fantasmes en couleurs" selon Première. Le succès du film outre-Atlantique (150 millions de dollars de recettes au total) ouvrira la voie à trois autres suites entre 2002 et 2011.

Spy Kids est diffusé ce soir à 20h40 sur RTL9.

Une nuit à l'opéra de Sam Wood

Le charme de Driftwood opère sur la très riche Mrs Claypool qui rêve d'évoluer avec aisance dans le petit monde de la culture. Pour cela elle consent à faire don d'une grosse somme à l'opéra de New York. Cet argent doit servir à engager un grand ténor italien: Rodolfo Lasspari. Seulement Driftwood et le directeur du théâtre ne sont pas d'accord sur le choix du ténor.

Fêtant cette année son quatre-vingtième anniversaire, Une nuit à l'opéra reste l'un des grands classiques des Marx Brothers, trio burlesque dysfonctionnel, et surtout leur plus gros succès public. Toujours avec leur ami Irving Thalberg aux manettes de la production, les Marx Brothers se surpassent une nouvelle fois dans la loufoquerie aussi bien visuellement que dans les dialogues de Groucho. Resté dans les mémoires notamment pour la scène célèbre de la cabine de bateau, Une nuit à l'opéra reste encore un modèle du cinéma burlesque, qui a inspiré tant d'héritiers.

Une nuit à l'opéra est diffusé ce soir à 20h40 sur OCS Géants.