DR

Ce soir, le petit écran vous invite à redécouvrir le teen-movie horrifique de Robert Rodriguez, l'adaptation au cinéma des aventures du plus londonien des petits oursons en peluche et le dernier film de la réalisatrice de Tomboy.

The Faculty de Robert Rodriguez

Herrington High est une école comme les autres, mais son âge d'or fait partie du passé. Ses murs sont gris, ses livres scolaires périmés et ses professeurs paraissent usés. Les élèves viennent des horizons différents, doués ou cancres comme tous les adolescents ils affrontent les parents, les professeurs et les hormones qui les taraudent. Mais les adolescents de Herrington High sont confrontés en plus à un corps enseignant très particulier. Ils le soupçonnent d'appartenir à une autre espèce, de venir d'une autre planète. Quand l'école est finie, la résistance à l'invasion s'organise...

Sur un scénario signé Kevin Williamson, auteur des scripts de la saga Scream, The Faculty fut un projet de commande proposé à Robert Rodriguez pour surfer sur le succès des films de Wes Craven. Résolument tourné vers un sens solide du second degré décomplexé (et rendant par ailleurs un hommage appuyé à John Carpenter), The Faculty a connu un petit succès en salles et contribué à faire connaître ou rayonner la troupe de ses jeunes acteurs, parmi lesquels on retrouve entre autres Elijah Wood, Josh Hartnett, Jordana Brewster ou Clea DuVall.

The Faculty est diffusé ce soir à 20h40 sur RTL9.

Paddington de Paul King

Paddington raconte l'histoire d'un jeune ours péruvien fraîchement débarqué à Londres, à la recherche d'un foyer et d'une vie meilleure. Il réalise vite que la ville de ses rêves n'est pas aussi accueillante qu'il croyait. Par chance, il rencontre la famille Brown et en devient peu à peu un membre à part entière. Suivant les pas d'E.T., Paddington illustre l'histoire universelle d'un étranger qui tente de faire sa place dans le monde, un divertissement pour toute la famille...

Héros de best-sellers pour enfants depuis sa création en 1958, l'ours péruvien Paddington, tenant son nom du quartier londonien du même nom, connaissait l'an dernier sa première adaptation au cinéma, après avoir déjà vécu plusieurs adaptations en série. Réalisé par Paul King, venu du monde de la télévision, cette co-production franco-anglaise a connu un beau succès en salles avec 2,8 millions d'entrées. Un succès mérité pour un film qui arrive à lier modernité et esprit d'origine seon Première : "Pour décrire le quotidien bien rangé de la famille que l’ourson met en péril, le réalisateur puise dans le style de Wes Anderson : plans de coupe, maisons de poupées, objets ordonnés, musique inspirée de celle d’Alexandre Desplat... Un champ référentiel charmant, notamment rehaussé par l’emprunt aux frères Farrelly d’un orchestre qui vient rythmer les aventures du petit clan, comme dans "Mary à tout prix". Paul King a donc du goût, mais aussi le sens du rythme. Cela explique qu’on ne s’ennuie pas une seconde devant son film, et plus encore qu’il parvienne à le clore par l’une des scènes de suspense les plus prenantes de l’année".

Paddington est diffusé ce soir à 20h50 sur Canal+ Family.

Bande de filles de Céline Sciamma

Marieme vit ses 16 ans comme une succession d’interdits. La censure du quartier, la loi des garçons, l’impasse de l’école. Sa rencontre avec trois filles affranchies change tout. Elles dansent, elles se battent, elles parlent fort, elles rient de tout. Marieme devient Vic et entre dans la bande, pour vivre sa jeunesse.

Après Naissance des pieuvres et le très remarqué Tomboy, Céline Sciamma continue d'explorer l'univers de l'adolescence féminine avec ce Bande de filles mâtiné de chronique sociale, à travers lequel la cinéaste retrace le parcours d'un groupe de jeunes filles issues de la banlieue. Sans angélisme ni misérabilisme, Bande de filles confirme le talent de la réalisatrice et lui a apporté son plus beau succès d'estime en dépassant les 300.000 entrées. Présenté en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, Bande de filles a également décroché trois nominations méritées aux César, comme l'expliquait Première à l'époque : "Bande de filles veut avant tout faire du cinéma -visuel et narratif. Si le film est social -car il l'est tout de même forcément, au fond- c'est un peu malgré lui, à cause de son sujet et de son générique écrit et réalisé par une femme, avec quatre femmes noires en guise d'héroïnes, on n'a pas vu ça en France depuis...? Mais il ne s'y réduit pas. Avec ses séquences choc, extrêmement bien filmées, Céline Sciamma rappelle qu'elle est très douée pour mettre en scène".

Bande de filles est diffusé ce soir à 20h50 sur Canal+ Cinéma.