DR

Ce soir à la télévision, l'inspecteur Lavardin prend ses quartiers sur Arte, Paul Thomas Anderson offre une dynastie pétrolière à Daniel Day-Lewis et Joe Cornish signe une série B sociale percutante sous fond d'apocalypse zombie.

Poulet au vinaigre de Claude Chabrol Dans une petite ville de province tiède et paisible, les passions couvent. La tyrannique madame Cuno, impotente, refuse de vendre sa maison à trois notables impatients, bloquant ainsi leur mirifique projet immobilier. Son fils, Louis, est au courant de bien des secrets, en sa qualité de facteur indélicat qui n'hésite pas à décacheter les lettres qui lui sont confiées. Aussi décide-t-il de répondre aux pressions incessantes des promoteurs en exploitant les travers des uns et des autres. Une nuit, il verse du sucre dans le réservoir de la voiture de l'un d'eux, Filiol. Le lendemain, celui-ci meurt dans un accident de la circulation. L'inspecteur Lavardin est dépêché sur les lieux...En 1985, Poulet au vinaigre marque la première apparition sur grand écran de l'inspecteur Lavardin, flic aux méthodes peu conventionnelles et fin gastronome incarné par Jean Poiret. Prenant pour cadre ces petites villes de province chères au cinéaste, ce polar inspiré du roman Une mort en trop de Dominique Roulet a vite su trouver son public. Grâce à ses plus de 750.000 entrées en salles, Poulet au vinaigre connut une suite dès l'année suivante, Inspecteur Lavardin, qui fut elle-même complétée par une série télévisée en quatre épisodes, Les dossiers secrets de l'inspecteur Lavardin, diffusée entre 1988 et 1990.Poulet au vinaigre est diffusé ce soir à 20h50 sur Arte.There Will Be Blood de Paul Thomas Anderson Alors que la voiture commence à peine à se développer en Amérique, Daniel Plainview tente de faire fortune en installant des puits de pétrole à travers le pays. Toujours à l'affût de la moindre occasion de s'enrichir, il apprend que le sous-sol de Little Boston, petite commune de Californie, regorge d'or noir. Plainview s'y rend avec son fils. Se faisant passer pour un chasseur pour éviter toute spéculation, il parvient à convaincre le vieil Abel Sunday de lui vendre une importante parcelle de terrain, présentée comme giboyeuse. Dès lors, Plainview prospecte sur sa nouvelle propriété, acquise à moindre coût. Mais la population locale s'offusque de voir ainsi les richesses de Little Boston exploitées par un étranger. Eli Sunday, le pasteur, prend la tête de la contestation...Cinquième long-métrage de Paul Thomas Anderson, There Will Be Blood mit cinq ans à prendre la relève du film précédent du cinéaste, Punch-Drunk Love. Cinq années qui permirent d'accoucher d'un des films les plus applaudis de la décennie et d'un duel au sommet entre Daniel Day-Lewis et Paul Dano. Conquis par le résultat, Première s'enthousiasmait à l'époque en ces termes : "Paul Thomas Anderson (Boogie Nights, Punch-Drunk Love…) livre-là une œuvre humaine intense et rude, comme l’époque à laquelle celle-ci se déroule. La quête de pétrole indissociable de cette soif inextinguible de reconnaissance ajoute, en filigrane, une réflexion très actuelle sur la marche du monde en général et le pouvoir américain en particulier. Brillant". Le film permit à son réalisateur de remporter l'Ours d'argent à la Berlinale 2008 et surtout à Day-Lewis de décrocher le Golden Globe et son deuxième Oscar du meilleur acteur.There Will Be Blood est diffusé ce soir à 20h45 sur Ciné+ Club.Attack the Block de Joe Cornish Sam, une infirmière, rentre tranquillement chez elle lorsqu'elle est violemment agressée par une bande d'adolescents qui n'ont pas froid aux yeux. C'est à ce moment qu'une météorite s'écrase sur une voiture, donnant l'occasion à Sam de prendre la fuite. De leur côté, Moses, Dennis, Pest, Jerome et Biggz vont fouiller ce qu'il reste de la voiture et voient une créature surgir de la carcasse. La chose s'en prend à Moses qui, bien décidé à ne pas de laisser faire, la tue. La bande rentre au quartier mais d'autres météorites s'écrasent sur la ville, transformant le centre de Londres en gigantesques décombres et les petits voyous en véritables héros...Ami proche d'Edgar Wright qui collabora à la plupart de ses projets, Joe Cornish faisait ses premiers pas derrière une caméra au cinéma avec Attack the Block. Mélangeant l'atmosphère du film de zombie et de la chronique sociale, le tout mâtiné d'une bonne dose d'humour, le film se fit rapidement remarquer au point de développer son petit culte. Le résultat, en tout cas, se révèle souvent plaisant selon Première : "Sous ses apparences de série B à la John Carpenter ou à la Walter Hill, Attack the Block évoque la discrimination, la mixité sociale, les économies parallèles, etc., même si, dans son ascenseur social, on massacre des aliens à coups de batte de base-ball ! Bien que le scénario de ce Goonies des barres HLM soit encore un peu pataud, l’énergie et le naturel des comédiens de cet ovni (imaginez Kechiche réalisant un film de SF...) font de Cornish un cinéaste à suivre". Attack the Block permettra également à certains de se familiariser avec son jeune héros, l'acteur John Boyega, un des nouveaux visages de la prochaine trilogie Star Wars.Attack the Block est diffusé ce soir à 20h45 sur SyFy.