DR

Triplé de film en C ce soir à la télévision, avec double dose de films d'animation pour les amateurs d'images de synthèse ou de pâte à modeler. Les autres, eux, pourront redécouvrir l'un des films emblématiques de la filmographie du grand Patrick Dewaere.

Cars 2 de Brad Lewis et John Lasseter

La voiture de course vedette, Flash McQueen, et l’incomparable remorqueur Martin trimbalent leur amitié dans de nouveaux lieux excitants alors qu’ils doivent traverser les mers pour prendre part au tout premier Grand Prix Mondial qui déterminera qui est la voiture la plus rapide du monde. Mais la route vers le championnat est parsemée de nids de poules, de chicanes et de surprises hilarantes et Martin se retrouve embrigadé seul dans sa propre mésaventure : l’espionnage international. Déchiré entre son devoir d’assister Flash dans sa compétition et sa mission top-secrète, Martin va vivre une aventure explosive à toute vitesse sur les routes du Japon et de l’Europe, assisté de ses amis et épié par le monde entier.

Alors que Toy Story était resté pendant de nombreuses années le seul Pixar à avoir eu le droit à une suite, c'était au tour de la franchise menée par Flash McQueen de passer par la case sequel en 2011, rompant avec la tradition instaurée à l'époque par le studio. Un choix qui dérouta certains fans à l'époque, conduisant le film à une réception critique moins unanime que ce à quoi Pixar était jusqu'ici habitué. Dans notre top des meilleurs films signés Pixar, Gaël Golhen réhabilitait ce film parfois mal aimé en ces termes : "Cars 2 est loin d’être la croûte cynique et mercantile unanimement détestée. Une fois admis que c’est l’inverse du 1 (trépidant, voyageur, centrifuge), sa coolitude de spy-flick et son génie esthétique emportent définitivement le morceau. Après la main street de Radiator Spring, Lasseter nous offre le monde, ses voitures, ses panneaux de signalisation, son architecture avec une passion de fétichiste qui frise la névrose (Tokyoooo !)". Avec 550 millions de dollars de recettes, le succès commercial, lui, fut toujours au rendez-vous sans ambiguïté.

Cars 2 est diffusé ce soir à 20h55 sur 6ter.

Chicken Run de Peter Lord et Nick Park

A la ferme avicole Tweedy, les poules qui ne pondent pas de quoi préparer le breakfast savent qu'elles risquent de se retrouver au menu du dîner. Mais l'intrépide Ginger et ses congénères sont bien décidées à saisir la première occasion de prendre leurs pattes à leur cou, pour échapper à ce sinistre destin. Or, le temps leur est compté depuis que Mme Tweedy, la cupide propriétaire de la ferme, a décidé que les résidentes de la basse-cour finiraient bientôt en matière première dans la fabrication de tourtes à la volaille... L'arrivée inopinée de Rocky, qui s'autoproclame "coq-boy libre et solitaire", est peut-être l'occasion de mettre au point le plus spectaculaire plan d'évasion jamais conçu, de mémoire de poulet...

Géniteurs de Wallace et Gromit, les studios Aardman menés par le tandem Lord/Park s'offraient une relecture de La grande évasion en pleine basse-cour avec ce Chicken Run sorti en salles en 2000. un exercice de style particulièrement réussi, porté par un casting vocal impressionnant (Gérard Depardieu, Valérie Lemercier, Josiane Balasko en VF, Mel Gibson en VO). Gros succès de la période de Noël en 2000 (près de trois millions d'entrées en France), Chicken Run devint le plus gros succès de l'histoire pour un film en stop-motion, succès mérité selon Première : "Des personnages caricaturalement modelés mais pétris d'humanité et de flegme so british tirent vers le rire intelligent une histoire largement référencée".

Chicken Run est diffusé ce soir à 20h45 sur Numéro 23.

Coup de tête de Jean-Jacques Annaud

François Perrin est ailier droit dans l'équipe de football de la petite ville de Trincamp. Seulement il a un sale caractère. Le président du club est également le patron de l'usine où il travaille. Apres un coup de gueule, il est renvoyé du terrain et perd son emploi a l'usine. Et pour corser le tout, il est accusé d'un viol qu'il n'a pas commis. Mais l'équipe doit jouer en coupe de France et ne peut absolument pas se passer de Perrin...

Film emblématique centré sur le football, sport qui n'a pas toujours entretenu une relation glorieuse avec le grand écran, Coup de tête reste l'une des performances les plus saisissantes du regretté Patrick Dewaere, joueur amateur pris dans l'engrenage d'une affaire judiciaire. Tourné en partie dans la région d'Auxerre (l'inénarrable Guy Roux fut consultant technique sur le film), Coup de tête mélangea dans son casting comédiens et footballeurs professionnels, issus des effectifs de l'AJ Auxerre et de Troyes. Si l'on retient les excentricités à l'écran de Dewaere, le film valut également à Jean Bouise, figure des seconds rôles du cinéma français, le César du meilleur second rôle. Allez Trincamp !

Coup de tête est diffusé ce soir à 21h sur L'Équipe 21.