DR

Ce soir au programme des chaînes de télévision : le plus gros succès en salles de Jean-Paul Belmondo, le dernier chapitre d'un des couples de légendes d'Hollywood et le brulôt engagé d'Oliver Stone sur la mort de John Fitzgerald Kennedy.

L'as des as de Gérard Oury

Ancien boxeur et ancien pilote de chasse de la Grande Guerre, Jo Cavalier, entraîneur de l'équipe française de boxe, a été choisi pour représenter la France aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936. Avant de partir, il fait la connaissance de Gabrielle Belcourt une jolie journaliste à qui il fait une cour assidue. Celle-ci en profite pour lui confier la garde du jeune Simon qui se rend seul à Berlin. Mais Simon Rosenblum est juif et et la Gestapo est très vite à leurs trousses. De poursuites en arrestations, Jo et Simon se retrouvent par un malencontreux hasard en Autriche dans la maison d'Hitler.

Sorti en pleine Bébelmania, L'as des as marque les retrouvailles entre Jean-Paul Belmondo et Gérard Oury treize ans après le cerveau, pour cette comédie musclée sur l'univers de la boxe à l'époque du nazisme. L'as des as connaîtra un immense succès populaire, au point d'être encore aujourd'hui le plus gros score en salles de Belmondo puisque le film attira plus de cinq millions et demi de spectateurs en salles.

L'as des as est diffusé ce soir à 20h50 sur France 4.

Devine qui vient dîner ? de Stanley Kramer

Dans les années 1960, à San Francisco, Joey, 23 ans, rentre chez ses parents, Matt et Christina Drayton à l'improviste, pour leur présenter, John, le jeune médecin noir qu'elle vient de rencontrer à Hawaï et qu'elle a l'intention d'épouser. Ceux-ci sont d'abord choqués. Mais les jeunes gens semblent si épris l'un de l'autre qu'ils parviennent à convaincre la mère de Joey. Cependant l'arrivée des parents de John, qui ne savent rien de Joey, envenime la situation. Interloqué aussi par ce projet de mariage inattendu, les deux pères discutent tandis que les mères, avec la complicité de Monseigneur Ryan, ami de la famille, s'attendrissent devant le sentiment qui unit leurs enfants.

En 1967, Stanley Kramer sort du succès de La nef des fous (avec notamment Simone Signoret) et réussit à réunir pour la septième fois à l'écran Spencer Tracy et Katharine Hepburn, dont le couple sur et en-dehors des écrans est entré dans la légende hollywoodienne. Devine qui vient dîner ? reste leur plus célèbre film commun, mais aussi leur dernier. Gravement malade sur le tournage, Spencer Tracy meurt dix-sept jours après la fin du tournage et n'assistera donc pas à la sortie du film. Il décrochera la BAFTA et sera nommé à l'Oscar du meilleur acteur à titre posthume, l'une des dix nominations du film, qui permettra à Hepburn de remporter le deuxième de ses quatre Oscars de la meilleure actrice, trente-quatre ans après le premier.

Devine qui vient dîner ? est diffusé ce soir à 20h30 sur LCP Public-Sénat.

JFK d'Oliver Stone

Le 22 novembre 1963, le président américain John F. Kennedy était assassiné à Dallas (Texas). Moins de deux heures après, le coupable supposé, Lee Harvey Oswald, était arrêté. Vingt-quatre heures plus tard, il était lui-même assassiné par Jack Ruby, un propriétaire de boîte de nuit. Depuis son arrestation jusqu'à sa mort, Oswald ne cessa de proclamer son innocence. Pour ne pas éveiller la suspicion de ses compatriotes, le président Lyndon Johnson se hâta de former une commission présidée par Earl Warren, pour enquêter. La commission conclut très vite qu'il n'y avait qu'un assassin : Oswald. Trois ans plus tard, Jim Garrison, District Attorney de la Nouvelle-Orléans, rouvre le dossier et mène sa propre enquête. Il arrive peu à peu à la conclusion suivante : John Kennedy a été victime d'un complot mené à la fois par le FBI, la mafia et le président Johnson, vice-président  à l'époque. Oswald n'était qu'un de leurs agents qui a servi à brouiller les pistes. Jim Garrison réussit à poursuivre Clay Shaw, homme d'affaires important qu'il estime être le chef de la conspiration.

Sulfureuse lecture conspirationniste du destin tragique de John Fitzgerald Kennedy et de son assassinat par Lee Harvey Oswald, JFK fut le cœur d'une grosse polémique à sa sortie en salles. Prenant volontiers quelques distances avec l'histoire originale, Oliver Stone livre une lecture politique au vitriol d'un événement sujet encore aujourd'hui à de nombreux débats enflammés. Porté par un casting cinq étoiles (Kevin Bacon, Tommy Lee Jones, Joe Pesci, Gary Oldman, Jack Lemmon, Donald Sutherland...), l'ambitieuse fresque de Stone (trois heures et demie au compteur de cette version longue) fut un grand succès populaire à sa sortie, aidé par le triomphe aux Oscars quelques semaines plus tôt de Danse avec les loups, qui fit de Kevin Costner une immense star et l'acteur incontournable du début de la décennie. Le succès en salles s'est doublé d'une reconnaissance critique consacrée par huit nominations aux Oscars en 1992, avec deux statuettes au final.

JFK est diffusé ce soir à 20h55 sur Chérie 25.