DR
Diaphana
Diaphana Distribution / Les Films du Fleuve / Archipel 35 / Eyeworks
Diaphana Distribution / Les Films du Fleuve / Archipel 35 / Eyeworks
Diaphana Distribution / Les Films du Fleuve / Archipel 35 / Eyeworks
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Christine PLENUS
ARP SELECTION
ARP SELECTION
PRODUCTION / LES FILMS DU FLEUVE
DR
Photo : Christine Plenus
Archipel 35
Archipel 35

Deux jours, une nuit : Marion Cotillard et les égéries des frères Dardenne

Deux jours Une nuit

Marion Cotillard dans Deux jours, une nuit

Marion Cotillard dans Deux jours, une nuit

Marion Cotillard dans Deux jours, une nuit

Marion Cotillard dans Deux jours, une nuit

Marion Cotillard dans Deux jours, une nuit

Marion Cotillard dans Deux jours, une nuit

Marion Cotillard dans Deux jours, une nuit

Émilie Dequenne dans Rosetta

Émilie Dequenne dans Rosetta

Déborah François dans L'enfant

Arta Dobroshi dans Le Silence de Lorna

Arta Dobroshi dans Le Silence de Lorna

Cécile de France dans Le gamin au vélo

Cécile de France dans Le gamin au vélo

Alors que le Festival de Cannes bat son plein actuellement, Canal+ propose de redécouvrir ce soir l'un des films qui ont illuminé la Croisette l'année dernière, Deux jours, une nuit, neuvième long-métrage des frères Dardenne, qui marquait le retour des deux cinéastes belges dans le festival qui les a révélé et dont ils font partie des rares cinéastes à avoir eu le privilège d'avoir décroché deux Palmes d'or, avec Rosetta et L'Enfant. Deux jours, une nuit fut un temps proche de les rejoindre, le film ayant impressionné la critique cannoise qui en avait fait un des favoris de cette édition. Christophe Narbonne s'était d'ailleurs à l'époque joint au concert de louanges, évoquant "un tournant dialectique assez net. Fidèles à leurs idéaux, les frères belges ont compris que l’époque était au dialogue âpre mais concerté, pas au renfermement suicidaire ou à la fuite en avant. Cela se traduit par une narration moins directe, un rythme moins soutenu, une mise en scène moins punchy qui pourront déconcerter de prime abord. Comme tous les films de rupture, Deux jours, Une nuit, porté par l’interprétation retenue de Marion Cotillard, est une promesse de renouvellement".Si finalement Deux jours, une nuit repartit bredouille et comme le grand perdant de cette édition (il est d'ailleurs le premier film des Dardenne présenté à Cannes à repartir sans aucun prix!), il offrit cependant à Marion Cotillard un nouveau rôle de prestige qui l'emmena jusqu'à sa seconde nomination à l'Oscar de la meilleure actrice après celle, victorieuse, pour La Môme en 2008. Marion Cotillard a donc rejoint le cercle très fermé des égéries des Dardenne, ces actrices dont la carrière a été marquée par leur passage devant la caméra des deux cinéastes.Longtemps ces derniers ont servi de révélateurs, lançant les carrières d'Émilie Dequenne avec Rosetta en 1999, puis celle de Déborah François avec L'Enfant en 2005. Deux rôles de femmes magnifiques qui furent à chaque fois la clé du succès des deux films, et qui valut à la première un prix d'interprétation féminine en plus de la Palme d'or. En 2008, c'est la jeune actrice kosovare Arta Dobroshi qui se révèle grâce à eux dans Le silence de Lorna, consacré par le prix du scénario, ajoutant un nouveau portrait de femme déterminée à leur galerie.Désormais, les frères Dardenne se plaisent aussi à faire briller les actrices déjà bien connues du grand public. Avant Cotillard, il y eut bien sûr Cécile de France, bouleversante dans Le gamin au vélo dans le rôle d'une coiffeuse qui se lie d'amitié avec le jeune garçon déraciné joué par Thomas Doret. Le film décroche le Grand Prix du Jury et Cécile de France confirme que les Dardenne peuvent filmer toutes les actrices, y compris les plus célèbres.L'annonce du casting de Marion Cotillard dans le rôle principal de Deux jours, une nuit en avait surpris plus d'un, qui ne s'attendait pas à voir l'actrice glamour (qui avait pourtant déjà joué avec son image dans De rouille et d'os l'année d'avant) chez les Dardenne. Un défi d'ailleurs pour les cinéastes qui s'étaient fixés pour but de "filmer Marion Cotillard comme si c'était la première fois". Pari tenu : l'actrice impressionne en employée courage, qui doit aller convaincre un à un ses collègues de renoncer à leur prime pour sauver son travail.Les frères Dardenne ne manquent d'ailleurs pas d'éloges pour louer le travail de leur actrice, comme ils l'avaient confié à l'époque à Première : "Vers la fin de Deux jours, une nuit, il y a une séquence où Marion vient saluer les gens de l’équipe qui ont voté pour elle. Elle part vers le vestiaire, fait demi-tour, puis repart, puis refait demi-tour. A ce moment-là, elle a clairement été submergée par quelque chose. On l’a tous senti. Et on a la preuve que cette prise était exceptionnelle, puisqu’on a tourné la scène plusieurs fois ! C’est ça, les grands acteurs : à force de concentration, à un moment donné, ils arrivent à ne plus jouer. A quitter le jeu. Voilà pourquoi Marion est une grande actrice. Ça tient à sa manière d’être tout le temps disponible pour son personnage. C’est au-delà de la technique. Marion travaille tout le temps, même quand elle dort".Pour leur prochain film, La fille inconnueJean-Pierre et Luc Dardenne enrôleront la nouvelle coqueluche du cinéma hexagonal, Adèle Haenel, pour une collaboration qui s'annonce très alléchante. La liste des égéries des Dardenne risque donc d'accueillir rapidement de nouveaux visages...Le résumé du film : Sandra, aidée par son mari, n'a qu'un week-end pour aller voir ses collègues et les convaincre de renoncer à leur prime pour qu'elle puisse garder son travail. Deux jours, une nuit est diffusé ce soir à 20h50 sur Canal+Cinéma.