DR

De Tom Cruise à Vanessa Paradis en passant par Brad Pitt et Jean Dujardin, les stars se bousculent sur le petit écran.

Le Diabolique Docteur Mabuse de Fritz Lang **** 
« Une série de crimes rappelle étrangement ceux commis trente ans plus tôt par le fameux docteur Mabuse. Seule certitude, toutes les victimes ont séjourné à l'hôtel Luxor. La police enquête. Faux aveugle, Mabuse dispose en réalité de mille yeux. »
Pour sa dernière mise en scène, en 1960, le réalisateur de Metropolis et de M le Maudit retrouve le personnage du Docteur Mabuse, qu’il avait commencé à filmer dès 1922. « Les premiers Mabuse annonçaient de manière presque divinatoire l’arrivée de Hitler au pouvoir et les méthodes des Nazis, explique la chaîne. Le dernier Mabuse, ou plutôt son disciple, est un prophète de la société de surveillance dans un monde déshumanisé peuplé d’automates et de zombies. »

Un film captivant, surtout pour les cinéphiles attentifs aux mises en scène inventives. Il sera suivi par une autre « leçon » de cinéma : La Cinquième colonne, d’Alfred Hitchcock

Le Diabolique docteur Mabuse sera diffusé le lundi 27 juin à 20h55 sur Arte

Mission : Impossible Rogue Nation de Christopher McQuarrie ****
Même après quatre épisodes, la saga portée par Tom Cruise parvient à se renouveler et à surprendre son public. Dans son genre, Rogue Nation est un film d’action quasi-parfait, qui s’ouvre par sa scène la plus spectaculaire, mais parvient à tenir le spectateur en haleine jusqu’au bout grâce à une suite de péripéties malignes et une mise en scène, là aussi très bien pensée. « (...) Même après avoir affirmé la faiblesse et la réalité de son héros, comment redescendre après avoir fait des galipettes dans l'Olympe ? On ne peut pas. Ou alors on doit continuer, de plus en plus fort, de plus en plus loin et c'est comme ça que commence directement "Mission : Impossible : Rogue Nation". Par la déjà fameuse cascade en avion, avec Tom accroché pour de bon à la carlingue d'un Airbus A400M Atlas en plein décollage. Envoyez le générique. "Rogue Nation" vient de décoller en mettant d'emblée le curseur très, très haut. Mais en ouvrant très fort avec sa scène la plus attendue, à la différence de "Protocole fantôme", "Rogue Nation" économise en fait ses cartouches. Le film enquillera ensuite une série de morceaux de bravoure intelligemment placés, rythmés comme une respiration, mettant au tapis sans peine les derniers James Bond (qui font d'ailleurs le pari de l'introspection depuis "Casino Royale"). (...) Le film s'achève avec une scène de thriller sèche et tendue, qui ne joue pas le spectaculaire mais l'efficacité pure. Et on se rend compte que le film synthétise la volonté de ses deux maîtres : Cruise acteur-producteur pour les cascades folles et McQuarrie pour le thriller post-moderne (l'opéra convoque Hitchcock de "L'Homme qui en savait trop", et le fight final au couteau vient de son "Jack Reacher"). Et le Cruise show est véritablement, totalement spectaculaire. (...) "Rogue Nation" reste dans le cahier des charges de la saga en se déroulant dans l'utopie post-Guerre froide de l'espionnage (très) high-tech, et en mettant en danger la team IMF dès le départ. C'est bien ce que raconte la série depuis le premier film signé De Palma il y a vingt ans : pas de méchant oligarque russe, pas de terroristes barbus le Coran à la main, non, seulement des traîtres, des ennemis de l'intérieur et de la paranoïa - les ombres portées des guerres de services des "monstres froids" étatiques. On va voir ce film d'action quasi parfait dans le même but qu'on allait voir les films de Douglas Fairbanks, Buster Keaton, plus tard Jackie Chan, héros des actioners primitifs où la star promettait de mettre en jeu son propre corps. Mais en creux se dessine une inquiétude : que pourra faire de plus Cruise dans "Mission : Impossible 6" ? (...) Derrière son aspect spectaculaire, "Rogue Nation" -soyons pompeux et reprenons la belle expression de Jean-Louis Backès pour résumer le mouvement de L'Iliade- "glisse doucement vers l'abîme". Enfin, pas vraiment doucement, mais plutôt tous moteurs hurlant. »

 

Mission : Impossible Rogue Nation sera diffusé le mercredi 29 juin à 21h sur Canal +

Espion(s), de Nicolas Saada 
L’ex-journaliste des Cahiers du Cinéma Nicolas Saada se frotte avec brio au film de genre. Dans la veine des Enchaînés d’Hitchcock, il signe un film d’espionnage haletant sur fond d’intrigue amoureuse, avec un Guillaume Canet impeccable dans le rôle de l’infiltré rattrapé par ses sentiments. Le film avait enthousiasmé la rédaction de Première lors de sa sortie en 2009 : « Partant du postulat que vous et moi pouvons travailler demain pour les services secrets (en tant que « source », c’est-à-dire comme anonyme infiltré dans un milieu ou une organisation lambda), Nicolas Saada brosse le portrait d’un jeune homme d’aujourd’hui, un peu glandeur, un brin cynique, un poil aventurier et confronté à des enjeux qui le dépassent. À ce titre, le choix de Guillaume Canet pour l’incarner s’impose comme une évidence : avec son allure d’« adulescent » semi-dépressif, il personnifie au mieux le désenchantement d’une génération. L’identification est automatique… » (lire la suite ici)

 

Espion(s) sera diffusé le lundi 27 juin à 21h sur France 2

La ligne verte de Frank Darabont *** 
En 2000, le futur créateur de la série The Walking Dead s’empare du roman de Stephen King et livre une adaptation maîtrisée et portée par deux acteurs en pleine grâce, Tom Hanks et Michael Clarke Duncan. La Ligne verte est un tête-à-tête haletant et rempli d’émotion entre un gardien-chef et un condamné à mort aux dons magiques accusé du viol et du meurtre de deux fillettes. Après Les Évadés, Frank Darabont signait à nouveau un grand film, qui fait le bonheur du petit écran depuis sa sortie.

 

La Ligne Verte sera diffusé le jeudi 30 juin à 23h sur HD1

Entretien avec un vampire de Neil Jordan
En 1994, Neil Jordan s’offrait un joli succès grâce à cette adaptation du roman d’Anne Rice, sorti près de 20 ans auparavant. Le tout-Hollywood avait auditionné pour les rôles principaux, et ce sont finalement Tom CruiseBrad PittAntonio Banderas et la très jeune Kirsten Dunst qui ont joué aux vampires. En plus de son joli casting, le film fut apprécié pour ses thèmes forts (la quête d’immortalité, l’homosexualité, la construction d'une vie de famille, le sacrifice…). Il est sur le point de faire l’objet d’un remake, Universal espérant lancer une nouvelle saga à partir desChroniques des vampires de l’auteure américaine. Jared Leto sera-t-il le prochain Lestat ? En attendant des détails sur cette nouvelle version, on retrouvera avec plaisir cette première adaptation réussie.

Entretien avec un vampire sera diffusé le lundi 27 juin à 20h50 sur HD1

L’Ecume des jours de Michel Gondry *** 
L’adaptation du roman poétique de Boris Vian revient sur le petit écran, mais dans une version raccourcie. Quelques mois après sa sortie, le monteur du Discours d’un Roi et d’American Beauty, Tariq Anwar, avait retouché le film du réalisateur d’Eternal Sunshine of a Spotless Mind pour le rendre plus attractif pour le public international. C’est cette version que France 2 proposera dimanche soir en deuxième partie de soirée. A première, on avait préféré la première, certes parfois un peu étirée, mais assez originale et pleine d’idées de mise en scène pour séduire : « Faire bouger les lignes, réaliser des greffes, c’est depuis toujours le principe directeur de la filmographie de Michel Gondry. Il a d’abord été un musicien qui tourne des clips. Puisun clippeur qui fait des films. Puis un cinéaste français exilé en Amérique. Puis un auteur de fictions qui signe des documentaires. Etc., etc. Dans cette optique, le défi d’adapter L’Écume des jours faisait figure à la fois de suite logique et de retour au bercail. Comme si, en dialoguant avec Boris Vian (autre inventeur de formes surdoué trop souvent réduit à une image de bricoleur sympa), en s’emparant d’un monument du patrimoine littéraire, en travaillant avec des stars (Duris, Tautou, Elmaleh, Sy), Gondry finissait enfin par accepter sa nature de fils prodige du cinéma français. La Gondry’s touch est-elle soluble dans le mainstream ? La modernité de 2013 a-t-elle quelque chose à dire à celle de 1947 ? Les questions soulevées par le projet débouchent sur un objet composite passionnant. Il n’y a qu’à voir la façon dont est filmé Paris, à la fois ancré dans une imagerie 50s surannée et irrigué par une noirceur très contemporaine, pour comprendre le délicat exercice de réappropriation qui se joue ici. Sans rien retrancher à Vian (le « pianocktail » et Jean-Sol Partre sont bien là), Gondry impose son imaginaire au matériau d’origine. Pas au forceps, pas pour faire son intéressant ni pour tordre la commande, mais bien pour redonner une pertinence poétique et une urgence émotionnelle à une histoire qui, à force d’avoir été adorée par tout le monde, prenait le risque de ne plus toucher personne. L’opération était délicate. La greffe est très réussie. » 

L'Ecume des jours sera diffusé le dimanche 3 juillet à 22h35 sur France 2

99 Francs de Jan Kounen *** 
Quelques jours après la sortie de L’Idéal, de Frédéric Beigbeder, Numéro 23 rediffuse « l’original », bien plus réussi. Dans 99 Francs, Octave (Jean Dujardin, très en forme) est publicitaire. La trentaine, parisien, fêtard, frivole, tout semble lui sourire : un boulot grassement payé, des amis, des filles à la pelle et de la coke, beaucoup. Et puis un jour voilà que déboule à la boite Sophie, la nouvelle. Plus rien ne sera pareil. En adaptant le brûlot littéraire anti-pub de Frédéric Beigbeder, Jan Kounen frappe fort mais juste. 99 Francs est une comédie d’un cynisme sans égal.  Les dialogues crépitent et les répliques cultes s'enchaînent. Épatant et sans pitié.

« Jan Kounen, qui a pratiqué ce monde parallèle pendant des années, semble aussi remonté contre la pub que Frédéric Beigbeder. Son adaptation du best-seller de ce dernier n'en est que plus affûtée, attaquant le milieu comme un pitbull qui sortirait d'une grève de la faim. En passant le cap de l'écran, le texte aurait pu facilement donner lieu à un film verbeux qui se serait planqué derrière un usage abusif de la voix off. Comptez sur Kounen pour faire exactement l'inverse: une oeuvre totalement cinématographique alignant les mouvements de caméra renversants comme le cinéma français n'en a pas vu depuis un bail. »

99 Francs sera diffusé le dimanche 3 juillet à 20h55 sur Numéro 23

La vie est belle de Roberto Benigni ***
Guido est un jeune homme optimiste et plein d’espoir. Il rencontre un jour Dora et en tombe éperdument amoureux. Il l’enlève le jour de son mariage et coule avec elle des jours heureux, ils ont même un enfant ensemble. Mais autour d’eux le climat se détériore. Les premières déportations de juifs ont lieu. Un jour, en rentrant chez elle, Dora ne trouve ni Guido ni son fils. Elle apprend qu’ils vont être déportés et décide de monter avec eux dans les wagons de la mort. Voilà un film où l’amour des siens vous claque à la figure comme rarement. On est bluffé par cette femme qui accepte de mettre sa vie en jeu pour ne pas être séparée des hommes de sa vie et surtout, par ce père incroyable, interprété brillamment par Roberto Benigni, également réalisateur du film, qui va cacher les horreurs de la guerre à son fils en les déguisant derrière des fables. Il prétend que la guerre est en fait un jeu où le but est de gagner un véritable char d’assaut. Le réalisateur fait de cette comédie dramatique une sorte de conte philosophique où le choix de s’éloigner du réel charme le public, sans rien ôter à la force des propos. La musique participe à cette atmosphère irréelle avec notamment la très belle mélodie issue de l’opéra de Jacques Offenbach. Émotion garantie.

La Vie est belle sera diffusé le mardi 28 juin à 20h55 sur W9

Tess de Roman Polanski ***
En hommage à son ex-femme Sharon Tate, qui lui avait conseillé d’adapter le roman de Thomas Hardy au cinéma, Roman Polanski a réalisé Tess une dizaine d’années après son assassinat. Une oeuvre romantique et tragique portée par l’envoutante Nastassja Kinski, qui a reçu une pluie de récompenses en 1980. Un film culte suivi d’un documentaire sur sa fabrication compliquée : avec neuf mois de tournage dans 40 lieux différents et un an de post-production, Tess était devenu à l’époque le long métrage le plus cher du cinéma français.

 

Tess sera diffusé le dimanche 3 juillet à 20h50 sur Arte

La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier ** 
Inspiré d’une nouvelle de Madame de La Fayette, le film de Bertrand Tavernier était en compétition en sélection officielle du Festival de Cannes 2010. A l’époque le film avait surpris par son aspect historique précis et bien reconstitué. L’intrigue se déroule au temps des guerres de religions et de la Saint-Barthélemy. Au milieu de ce barnum, une jeune aristocrate, la marquise de Mézières (Mélanie Thierry) est contrainte par son père d’épouser le Prince de Montpensier, une puissante figure politique et catholique. Sauf que la jolie jeune fille est en réalité amoureuse depuis son plus jeune âge d’Henri, le Duc de Guise. Porté par une pléiade de jeunes comédiens talentueux, le film se révèle comme une œuvre somme toute classique mais pourvue d’une vision étonnamment moderne sur les tourments de l’amour.A l’époque, Première avait accroché :  « Des figurants pâlichons, des dialogues où les virgules semblent prononcées comme des mots, des champs-contrechamps pour ne surtout pas perdre de vue celui qui parle, des costumes et des décors rutilants de propreté, un format panoramique où la caméra semble parfois un peu perdue... On ne peut pas dire que La Princesse de Montpensier soit un film « moderne ». Pourtant, le nouveau Bertrand Tavernier parvient à accrocher. D’une force romanesque certes un peu lente au démarrage, le scénario tisse le fil d’une intrigue qui, une fois débarrassée de ses oripeaux historiques confus, embraye sur une impressionnante corrida de rivalités masculines. Et puis, il y a les acteurs. »

La Princesse de Montpensier sera diffusé le jeudi 30 juin à 20h55 sur France 3

Télé Gaucho, de Michel Leclerc ** 
Félix Moati est Victor, un jeune passionné par la télé. Ça tombe bien pour lui, nous voici dans les années 90, le caméscope a remplacé la caméra et tout le monde peut faire de la télévision. Il rejoint alors l’équipe de Jean-Louis, interprété par Eric Elmosnino et Yasmina jouée par Maïwenn. Ensemble, ils créent une chaîne de télévision, Télé Gaucho à leur image, anarchiste et provocatrice, mais ce qu’ils veulent surtout, c’est faire la révolution ! Pour son film, Michel Leclerc s’est grandement inspiré de sa propre expérience. Entre 1995 et 2000 le réalisateur faisait en effet parti de la chaîne associative Télé Bocal. Dans son long-métrage, on retrouve également Eric Elmosnino, impressionnant dans Gainsbourg (Vie héroïque) deux ans plus tôt.

 

Télé Gaucho sera diffusé le mardi 28 juin à 20h55 sur France 4

Cornouaille d’Anne Le Ny ** 
Vanessa Paradis est Odile, organisatrice de voyage qui vit à Paris. Alors qu’elle ne la connaissait pas vraiment, Odile hérite de la maison de sa tante en Bretagne. Elle n’y était pas retournée depuis son enfance, mais de douloureux souvenirs reviennent instantanément. C’est dans cette étrange atmosphère qu’Odile retrouve Loïc, interprété par Samuel Le Bihan, son ami d’enfance oublié.

Cornouaille sera diffusé le dimanche 3 juillet à 21h sur France 2