Nom de naissance Hulot
Nationalité Français
Genre Homme
Avis

Biographie

Né dans un milieu bourgeois, son adolescence est marquée par deux deuils importants. Il perd son père d’un cancer alors qu’il n’a que 15 ans puis son frère se suicide quatre ans plus tard. Il reste le seul homme de la famille avec sa mère, Monique Moulun, visiteuse médicale et sa sœur Béatrice.Décidé à travailler très vite après ses études secondaires au lycée Saint Jean de Passy (Paris 16ème), il enchaîne donc les petits boulots : plagiste, serveur ou encore moniteur de voile. A 18 ans, il est recruté comme photo-reporter par Sipa, la nouvelle agence de presse créée par Gökşin Sipahioğlu. Pendant cinq ans, son métier lui fait sillonner la planète souvent dans des conditions difficiles. C’est là qu’il découvre sa passion pour l’aventure et le journalisme. Il réalise des reportages témoignant des souffrances de populations affectées par les guerres ou les catastrophes naturelles au cours desquels il fait aussi partager des paysages uniques du bout du monde. Nicolas Hulot couvre par exemple le terrible séisme qui frappe le Guatemala en 1976 avant d'être envoyé en Afrique du Sud aux côtés d’ Eric Tabarly. Il part ensuite dans l’ex-Zimbabwe en pleine guerre d’indépendance. Ce sont pour lui des expériences marquantes, dévoilées dans ses livres : Tabarly : 45 ans de défi, en 1976 et Ces enfants qui souffrent, deux ans plus tard.Lorsque le gangster Jacques Mesrine est abattu dans sa voiture dans les rues de Paris le 2 novembre 1979, il est l’un des premiers reporters sur place, mais décide de ne prendre aucun cliché de son corps criblé de balles.Vers la fin des années soixante-dix, il fait ses premiers pas à la radio en rejoignant l'antenne de France Inter. Il se fait connaître en présentant des reportages sur l’univers de la moto dans le cadre de sa chronique La poignée dans le coin. Les sports mécaniques sont une véritable passion pour le reporter qui participe même au rallye Paris-Dakar de 1980. Parallèlement, il découvre la télévision en travaillant pour La Une où il anime à partir de 1980 des rubriques culturelles et sportives dans l’émission Les visiteurs du mercredi.Sept ans plus tard, le grand public le découvre comme l’un des plus fervents défenseurs de la nature grâce au programme devenu célèbre Ushuaïa, le magazine de l’extrême. Pendant près de dix ans, il emmène les téléspectateurs dans les endroits les plus improbables et incroyables de la planète. Ses nombreuses activités ne l‘empêchent pas d’écrire pour faire partager ses aventures et il publie, en 1989, Chasseurs de Pôles suivi des Chemins de traverses.En 1990, il crée la Fondation Ushuaïa, ancêtre de la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l’homme, afin de sensibiliser les citoyens et les acteurs de la politique et de l’économie aux grands enjeux de l’environnement. Après l’émission Opération Okavango, toujours sur TF1 qui ne dure qu’une seule saison en raison de son budget colossal, il est de nouveau aux commandes d’ Ushuaïa Nature, avec pour slogan, « L’émerveillement est le premier pas vers le respect ». Il fait découvrir des sites naturels à bord de moyens de transport peu ou pas polluants et en tire un livre, Ushuaïa Nature : paradis du bout du monde, en 2000. Le succès de ses émissions dont il est animateur et producteur, l’encourage à créer la chaîne Ushuaïa TV en mars 2005, détenue intégralement par le groupe TF1.Apprécié aussi bien de ses concitoyens - il est classé soixantième parmi les plus grands Français de tous les temps lors d’une émission de Michel Drucker et Thierry Ardisson en 2005 - que par un grand nombre de responsables politiques, il est souvent appelé à les conseiller. Son avis sur les questions environnementales est notamment sollicité par le Président Jacques Chirac ou Laurent Fabius mais n’accepte jamais les postes politiques qu’on lui propose.En 2005, Nicolas Hulot lance le projet de charte de l’environnement, un texte inclus dans la constitution en mars de cette année là. La fondation s’associe à l'agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) pour appeler au respect de l’environnement à travers l’opération « Défi pour la Terre ». Cependant, à l’approche des élections présidentielles de 2007, il préfère promouvoir son « Pacte écologique », qu’il fait signer par cinq candidats sur douze à l’Elysée, plutôt que de se porter lui-même candidat. Ce Pacte comporte dix objectifs ainsi que cinq propositions au service du développement durable. La démarche fait l’objet d’un ouvrage, Pour un pacte écologique, présenté en 2006.S'il est parfois critiqué par des représentants des différentes tendances politiques - notamment certains écologistes qui lui reprochent son manque de radicalisme - Nicolas Hulot demeure une personnalité populaire aux yeux des français, principalement grâce à son engagement en faveur du respect environnemental.En 2009, il écrit et co-réalise le documentaire Le syndrome du Titanic, dénonçant une fois de plus les dégâts causés par l'action humaine sur l'environnement. Le 13 avril 2011, l'écologiste annonce sa candidature à la présidentielle de 2012.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2009 Le syndrome du Titanic Acteur, Réalisateur, Scénariste Le narrateur