Nom de naissance Louis Beydts
Nationalité Français
Genre Homme
Profession(s) Musique
Avis

Biographie

Louis Beydts est un compositeur français. Il est né le 24 juin 1895 à Bordeaux. Il est issu d’une famille de négociants en vins, férus de culture et spécialement de musique. Doué pour le piano et le violon, le jeune Louis Beydts se distingue dès l’âge de quatorze ans en écrivant sa première œuvre, une valse. Ses parents le mettent alors en contact avec le célèbre compositeur Fernand Vaubourgoin (1880-1952). Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il est appelé à faire plusieurs concerts pour les blessés. Il côtoie également des artistes, notamment le célèbre ténor Enrico Caruso. Une fois mobilisé, il accomplit courageusement son devoir jusqu’en 1919. En 1924, il s’installe à Paris et, petit à petit, ses compositions, dont Le Sommeil, Les Adieux et Quatre Odelettes, commencent à être jouées un peu partout. La plupart de ses mélodies accompagnent des textes écrits par Henri Régnier. Il s’illustre aussi avec l’orchestration du Promenoir des deux amants, une œuvre de Claude Debussy. C’est toutefois dans l’opérette que Louis Beydts va se spécialiser. Toujours inspiré par ses deux mentors André Messager et Reynaldo Hahn, il compose Moineau en 1931, une opérette en trois actes écrite par Pierre Wolf. Le succès est éclatant et il enchaîne la même année avec Le Club des canards mandarins, en trois actes également, sur un livret d’Henri Duvernois et Pascal Fortuny. Dans la foulée, il collabore avec le couple Sacha Guitry et Yvonne Printemps, d’abord en montant une œuvre en un acte, la S.A.D.M.P. (la Société Anonyme des Messieurs Prudents). Ensuite, une année plus tard, au théâtre de la Madeleine, il fait chanter Yvonne Printemps dans l’opérette Le Voyage de Tchong-Li. S'ensuit A l’Aimable Sabine, comédie musicale en deux actes et cinq tableaux, sur un livret de Léopold Marchand. Pour composer ses mélodies, Louis Beydts puise son inspiration de plusieurs œuvres poétiques, parmi lesquelles figurent Six ballades françaises de Paul Fort, Les Cerises de Francis Jammes, ou encore Cinq humoresques de Tristan Klingsor. Il se consacre également à la musique de scène, notamment pour la Comédie Française, avec Le Barbier de Séville (Beaumarchais), Il ne faut jurer de rien (Musset) en 1942, Le Mariage de Figaro (Beaumarchais) en 1946, Les Espagnols au Danemark (Mérimée) et Fantasio (Musset) en 1948. Il écrit, pour les théâtres privés, Sylvie et le fantôme d’Adolphe Adam, Le Souper interrompu de Toulet, Son voile qui volait et Pygmalion de George Bernard Shaw. En outre, Louis Beydts est à l’origine de plusieurs musiques de films : La Dame de Malacca (1937) de Marc Allégret, L’Affaire du courrier de Lyon (1937) de Maurice Lehmann et Claude Autant-Lara, Pontcarral (1942) de Jean Delannoy, La Loi du Grand Nord (1942) de Jacques Feyder, Le Colonel Chabert (1942) de René Le Henaff, Le Baron fantôme (1942) de Serge de Poligny, Prélude à la gloire (1945) de Georges Lacombe, Le Secret de Mayerling (1949) de Jean Delannoy, ou encore Les Miracles n’ont lieu qu’une fois (1951) d’Yves Allégret. Dans les années cinquante, Maurice Lehmann nomme Louis Beydts à la tête du théâtre national de l’Opéra-Comique. Le 16 juin 1953, il est fait Officier de la Légion d’honneur. Parmi ses multiples activités, il a aussi été critique musical et a collaboré avec plusieurs journaux et revues spécialisés tels qu’Aujourd’hui, Opéra, La Revue des deux mondes, Commedia et Le Figaro Littéraire. Louis Beydts décède le 15 août 1953 à Caudéran, en Gironde, à l’âge de cinquante-sept ans. Lors de ses funérailles, son collègue, le grand compositeur Tony Aubin, déclare : « C’est bien la première fois qu’il fait de la peine à ses amis ».

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 Les Miracles N'Ont Lieu Qu'Une Fois Compositeur -
1950 La valse de Paris Compositeur -
1949 Le Secret De Mayerling Compositeur -
1948 Le comédien Compositeur -
1948 Le Diable boiteux Compositeur -

Stars associées