Nom de naissance Ernst Lubitsch
Naissance
Berlin (Allemagne)
Décès
Nationalité Américain
Genre Homme
Profession(s) Réalisateur/Metteur en Scène, Scénariste
Avis

Biographie

Fils d'un tailleur berlinois, Ernst Lubitsch s'initie au théâtre dans la troupe de son lycée. A 16 ans, il décide d'arrêter ses études pour mener une double vie : travailleur le jour, homme de théâtre la nuit. En 1911, Lubitsch est présenté à Max Reinhardt, directeur du Deutsches Theater, qui l'intègre dans sa troupe au sein de laquelle il interprète des seconds rôles dans des pièces classiques : il joue le Famulus Wagner de Faust.Le jeune homme obtient un poste de factotum aux studios Bioscope de Berlin en 1912 : les portes du monde du cinéma lui sont désormais grandes ouvertes. C'est alors le début d'une carrière exceptionnelle durant laquelle le cinéaste cumulera les rôles de réalisateur, scénariste et producteur, réalisera des films -muets et parlant- aussi bien en Allemagne qu'aux Etats-Unis, dans des registres radicalement différents, avec un succès et un talent jamais démentis.Après une courte carrière d'acteur, le cinéaste passe derrière la caméra en 1918 pour réaliser Les Yeux de la momie ma, drame avec Pola Negri et Emil Jannings. L'année suivante, il connaît son premier succès international avec La Princesse aux huitres, une satire du mode de vie américain.Fort de ces réussites, Lubitsch est invité aux Etats-Unis pour diriger Mary Pickford dans Dorothy Vernon de Hadon Hall, mais le réalisateur décline l'offre. En revanche, Pickford se produit devant la caméra du réalisateur allemand dans Rosita en 1923. Bien que le film soit renié par la comédienne, l'accueil critique est globalement favorable. Mais c'est avec Comédiennes en 1924 (film qui suit les tribulations d'un couple et de leurs meilleurs amis respectifs) que Lubitsch connaît son premier grand succès outre-atlantique et se voit introniser grand maître de la comédie satirique.Le réalisateur accompagne l'aventure du cinéma parlant avec Parade d'amour en 1929, film où il dirige Maurice Chevalier et Jeannette Mac Donald. Le film obtient 6 nominations aux Oscars, dont celle du Meilleur Film. Avec l'avènement du cinéma parlant, Lubitsch agrémente ses films de dialogues ciselés et brillants, et cela même s'il ne fut jamais crédité comme dialoguiste.Avec les comédies de moeurs Eternal Love en 1929 et Monte Carlo en 1930, Lubitsch explore les relations délicates entre amour et argent en mettant en scène les histoires de coeur de jeunes gens le plus souvent fortunés (princes, comtesses, etc.)Avec le drame historique L'homme que j'ai tué (film où un soldat français demande pardon à la famille d'un soldat qu'il a tué), Lubitsch commet son seul film parlant "sérieux" (toutefois, pour ce qui est de sa filmographie muette, nous pouvons retenir The Patriot, Forbidden Paradise, et Sumurun).En 1933, le réalisateur obtient la nationalité américaine et se voit retirer la nationalité allemande par le régime nazi deux ans plus tard. Réalisateur incontournable, Lubitsch dirige de nouveau Maurice Chevalier dans La Veuve joyeuse en 1934 puis Greta Garbo dans Ninotchka en 1939. Cinéaste léger mais jamais frivole, doté d'un sens de la direction d'acteurs hors pair et scénariste de talent, il se permet de critiquer avec subtilité la société américaine sans perdre le soutien du public. Le réalisateur a travaillé avec toutes les stars de l'époque : Claudette Colbert, Gary Cooper, Marlene Dietrich, James Stewart, Carole Lombard, ou encore Gene Tierney.Fort de ses multiples succès au box-office et doté d'une grande capacité de travail, la Paramount l'engage comme producteur exécutif à partir de 1935 (poste qu'il exercera aussi bien sur ses films que sur ceux d'autres réalisateurs). Par la suite, il signe avec la 20th Century Fox mais sa santé pour le moins fragile l'empêchera de remplir pleinement ses fonctions.Sa filmographie comporte des films désormais cultes comme La Huitième femme de Barbe-Bleue (réalisée en 1938), où un séducteur millionnaire (Gary Cooper) et une jeune femme pour le moins intéressée (Claudette Colbert) connaissent le grand amour ; Le ciel peut attendre (réalisé en 1943), comédie loufoque où un vieil homme incarné par Don Ameche se voit refuser les portes de l'Enfer par Satan en personne ; ou encore Jeux dangereux, où une troupe de théâtre espionne un camp de concentration nazi.En 1947, l'Académie des Oscars lui décerne une statuette pour ses 25 ans de contribution au cinéma. Mais le cinéaste meurt un an plus tard d'une crise cardiaque lors du tournage de La Dame au manteau d'Hermine. L'achèvement de la réalisation du film sera confié à Otto Preminger. A son enterrempent, Billy Wilder aurait déploré : "Plus de Lubitsch" ; et William Wyler de surenchérir : "Pire que ça : plus de films de Lubitsch".Un prix Ernst Lubitsch a été créé en Allemagne en 1957, le Ernst-Lubistch-Preis, prix attribué à un film par la critique. Le bâtiment des réalisateurs aux studios Paramount a été nommé Ernst Lubitsch en 1987.Aujourd'hui encore, la "Lubistch's touch" désigne une élégance et une sophistication dans la satire, un sens du rythme et de l'ellipse.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 La Chatte Des Montagnes Réalisateur -
2015 Le Palais De La Chaussure Pinkus Acteur, Réalisateur Sally Pinkus
2015 Si j'avais un million Réalisateur -
2015 Parade d'amour Réalisateur -
2015 Meyer De Berlin Réalisateur -

Stars associées