Nom de naissance Elem Klimov
Naissance
Stalingrad, RSFS de Russie URSS
Décès
Genre Homme
Profession(s) Réalisateur, Scénariste, Réalisateur/Metteur en Scène
Avis

Biographie

Ingénieur aéronautique, puis diplômé de la faculté de réalisation du VGIK en 1964, il acquiert la notoriété dès son premier film,  Soyez les bienvenus / Entrée interdite aux étrangers  (Dobro poalovat'ili postoronnim vhod vospreën, 1964) : cette satire de la bureaucratie, située dans un camp de vacances pour pionniers dont le directeur encourage la délation et censure Maïakovski, suscite en haut lieu des réticences qui vont se manifester à nouveau par l'interdiction à l'encontre des  Aventures d'un dentiste  (Pohodenija zubnogo vraa, 1965), nouvelle critique d'un système social qui tolère mal les individus d'exception. Après le succès de  Sport, sport, sport  (1970), document-fiction drolatique sur l'histoire des sports, il connaît de nouvelles difficultés avec Agonia (Agonija, 1975), inspiré par la figure de Raspoutine et qui sera « retenu » pendant plusieurs années. Entre-temps, il a participé avec Marlen Khoutziev et Guerman Lavrov à la finition du film laissé inachevé par Romm à sa mort,  Malgré tout, j'ai confiance  (I vsë-taki ja verju, 1974). Durement frappé par la fin tragique en 1979 de son épouse Larissa Chepitko, il lui a consacré un court métrage (Larissa, 1980) puis a tourné le film qu'elle s'apprêtait à diriger, et qui est l'adaptation d'un récit de Valentin Raspoutine, Adieu Matiora, sous le titre les Adieux à Matiora (Proanie, 1981). En 1985, il remporte le Grand Prix du Festival de Moscou avec Va et regarde / Requiem pour un massacre (Idi i smotri), saisissante évocation d'un Oradour en Biélorussie en 1943.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
1985 Requiem pour un massacre Réalisateur, Scénariste -
1981 Les Adieux À Matiora Réalisateur -
1981 Raspoutine, l'agonie Réalisateur -
1964 Soyez Les Bienvenus Réalisateur -

Dernières News

The Revenant ou l'influence souterraine de Requiem pour un massacre 

Avec le survival d'Inarritu se clôt une année de cinéma marquée par l’influence du film de guerre stupéfié et stupéfiant de Elem Klimov.