Nom de naissance Dziga Vertov
Naissance
Bialystok, Russie impériale
Décès
Genre Homme
Profession(s) Réalisateur/Metteur en Scène, Scénariste
Avis

Biographie

Le cinéaste soviétique d'avant-garde Dziga Vertov est un fervent adepte du montage-mouvement du réel, à l’opposé du cinéma dramatique et littéraire, centré sur une histoire, des acteurs et des décors. Il est à la fois réalisateur, scénariste et monteur. De son vrai nom Denis Abramovich Arkadiévitch Kaufman, il voit le jour le 2 janvier 1896 à Bialystok, en actuelle Pologne, de parents libraires russes (il est l’aîné de Mikhaïl et Boris). C’est donc tout naturellement que, jeune lycéen, il écrit ses premiers poèmes. Il entreprend de suivre des cours de musique au conservatoire de Bialystok (1912-1915), s’essaie à la médecine, et fonde en 1916 son laboratoire de l’Ouïe (bruitage futuriste). Il déclare très tôt son appartenance au courant futuriste, ce qui lui vaudra d’adopter officiellement le pseudonyme de Dziga Vertov (Toupie qui tourne, en ukrainien). De 1914 à 1916, il signe beaucoup de poèmes et romans. En 1918, le Comité du cinéma de Moscou l’embauche comme secrétaire, puis comme rédacteur et chef monteur (jusqu'à la fin de 1919) du premier journal soviétique à traiter de l’actualité du grand écran, le Kinonedelija (Ciné-Semaine, hebdomadaire). Il compte, au total, plus de quarante films d'actualité à son actif (jusqu'en juin 1919). Puis, en tant que correspondant de guerre, Dziga Vertov filme sur terrain et rapporte ses rushs pour La Bataille de Tsaritsyne. Entre 1920 et 1922, il réalise plusieurs documentaires militants sur divers thèmes (procès, guerre civile, voyages), prend place dans les trains de propagande, où il projette son film L'Anniversaire de la Révolution (montage de ses films d'actualité), tout en filmant le voyage. Il dirige également le Goskino-Kalandar (Ciné-Calendrier de l'État), magazine filmé aux cinquante-cinq numéros (1923 - 1925). En parallèle, il fonde le magazine de reportages, le Kino-Pravda (1922 - 1925), dont les vingt-trois numéros témoignent d’une nouvelle philosophie du cinéma. Fin 1922, avec sa femme (Elisabeth Svilova ; 1900 - 1975) et son frère (Mikhaïl Kaufman), ils forment le Conseil des Trois. A destination des cinéastes soviétiques, il lance un Appel au commencement (publié dans LEF, la revue des futuristes-communistes de Vladimir Maïakovski). Au printemps 1923, le Conseil des Trois devient les Kinoki (les Ciné-Œil), puis signent leur premier film, Kino-Glaz (1924), première série d’un cinéma d'analyse et d'exploration sociale. La même année, Dziga Vertov achève le premier film d'animation soviétique, La Carte politique de l'Europe en dessins animés, puis enchaîne avec Les Jouets soviétiques, un autre film du genre. La plume de Vertov ne manque pas de s’illustrer à travers de nombreux articles ou de scénarios, comme celui de L'Homme à la Caméra (1929), document muet sans intertitres, où est filmée une grande ville, du matin au soir. Il est projeté à Paris en juillet 1929, où l’oeuvre de Vertov et ses théories du Ciné-œil commencent à susciter l’intérêt de cinéastes européens, à l’image de Richter, Jean Lods, ou encore Jean Vigo. En 1930, Dziga Vertov signe, avec Enthousiasme, l'un des tout premiers longs-métrages soviétiques à utiliser le son. Mais la répression stalinienne opprime de plus en plus les artistes de l'avant-garde, dont Vladimir Maïakovski, qui finit par se donner la mort. En 1931, Dziga Vertov et son épouse sillonnent l’Europe, et rencontrent, grâce à L'Homme à la Caméra et Enthousiasme, un vif succès. De retour au pays, qu’il parcourt jusqu'en Asie centrale, il réalise en 1934 Trois chants sur Lénine, dix ans après sa disparition, produit de témoignages populaires et d'images d'archives. Jusqu’à sa mort (le 12 février 1954, à Moscou, des suites d'un cancer de la gorge), Dziga Vertov, pourtant plein de projets novateurs, est astreint à tourner principalement des actualités au service du régime. En 2000, The Cinematic Orchestra compose une bande-son pour le film L'Homme à la Caméra. Pour Dziga Vertov, le montage est une écriture à part entière ; il aura ainsi créé une diction et une éloquence visuelle qui lui sont propres.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 Les Jouets Soviétiques Réalisateur -
1983 Enthousiasme, la symphonie de donbass Réalisateur -
1929 L'Homme à la caméra Réalisateur, Scénariste -
1926 La 6e Partie du monde Réalisateur, Scénariste -
1918 L'Anniversaire de la révolution Réalisateur -

Stars associées