Nom de naissance FINKIELKRAUT
Genre Homme
Avis

Biographie

Car à la base de ce qu'il appelle le malaise culturel de la civilisation européenne, Alain Finkielkraut voit mai 68. Agrégé de lettres modernes, il est prof de philosophe à l'Ecole polytechnique lorsqu'il collabore avec Pascal Bruckner. Les deux penseurs accusent ensemble, à la fin des années 70, les failles d'une apparente émancipation des moeurs dans plusieurs essais. Dès lors, Alain Finkielkraut devient l'apôtre de la critique du modernisme et de l'individualisme narcissique. Mai 68 et sa prétendue révolution sexuelle appartiennent au même courant que les illusions de gauche. Celles d'un mouvement communiste (« totalitaire »), tiers-mondiste ou en faveur du multiculturalisme. Cette aspiration idéaliste, presque naïve selon le philosophe, amène à la dure réalité d'aujourd'hui. Dans La défaite de la pensée, en 1987, il dénonce la « barbarie du monde moderne », l'emprise de l'Etat (notamment de Jack Lang) sur la culture et la défaite de l'éducation.L'école a échoué dans sa mission de former des adultes citoyens. Finkielkraut juge les méthodes pédagogiques néfastes et pense qu'elles ne font qu'aggraver les inégalités. En 2005 et 2006, le philosophe fait parler de lui, notamment par ses propos tenus sur les jeunes de banlieues au journal H'aaretz, pendant les révoltes urbaines. Mais aussi lors de la crise du CPE, constatant que les jeunes manifestants ont perdu leur idéal commun et ne font que défendre l'immobilisme. A toutes les époques, Finkielkraut s'est amusé à défendre la liberté en dénonçant la société moderne.

Stars associées