Netflix
Netflix

Une note de la banque américaine Morgan Stanley indique que la plateforme pourrait atteindre rapidement un taux de pénétration de 20% en Europe.

Hier, une étude de Variety mettait en lumière les nouveaux comportements des téléspectateurs américains, désormais plus nombreux à privilégier Netflix à la télé traditionnelle. Une tendance vouée à s'accroître dans les années qui viennent. Et pas seulement aux USA. En Europe aussi, le taux de pénétration de la plateforme devrait exploser à court terme, comme l'anticipe la bande américaine Morgan Stanley, dans une étude citée par Reuters et reprise par Les Echos. En substance, elle prédit un avenir pas vraiment rose aux chaînes de télévision françaises et d'une manière générale, européenne.

"Aux Etats-Unis, l'atteinte par Netflix d'un taux de pénétration de 20% a été le 'point de bascule' pour le déclin de la consommation des chaînes linéaires et pour le ralentissement des revenus publicitaires", analyse Morgan Stanley dans sa note, qui précise qu'au "rythme actuel des conquêtes d'abonnés, le taux de pénétration sera au-dessus de 20% dans chacun des pays européens en l'espace de 5 ans, dont 32% en Allemagne et 48% en Grande-Bretagne et en Suède". En France, selon Les Echos, le taux de pénétration actuel de la plateforme tourne autour de 9%, et devrait atteindre le seuil fatidique des 20% d'ici 4 ans.

Sachant que les revenus de TF1, par exemple, viennent à 70% de la publicité, cette concurrence pourrait avoir des conséquences importantes sur la situation des diffuseurs traditionnels et Morgan Stanley les encourage donc à mettre en place, dès maintenant, des stratégies de riposte, comme ce que TF1, M6 et le groupe France Télévisions préparent avec leur plateforme VOD commune, Salto.

Prochainement au Cinéma