RIP Cameron Boyce
Abaca

L’acteur de sitcoms pour adolescents est décédé à l’âge de 20 ans des suites d’une maladie chronique.

Cameron Boyce était l’un des visages familiers de Disney Channel. Cheveux en pétard, visage juvénile et taches de rousseur… L’acteur, qui avait débuté sa carrière à l’âge de 9 ans, était notamment la star du sitcom Jessie dans lequel il incarnait Luke, un turbulent riche héritier d’une famille de New York. Un rôle qui l’avait alors propulsé au rang de teen idol.

Dimanche 7 juillet, la famille Boyce a annoncé son décès des suites d’une maladie chronique dont il souffrait : "C'est avec le cœur lourd que nous vous annonçons la disparition de Cameron. Il est mort dans son sommeil d'une syncope liée à un trouble médical qu'il soignait."

Deadline a ainsi relayé plusieurs témoignages de son entourage professionnel. Sa partenaire de jeu et sœur à l’écran dans Jessie, Peyton List, a présenté ses condoléances via son compte Instagram : "Il était plus jeune que moi mais [Cameron] m’a appris plus que quiconque dans ma vie à donner tout l’amour et la gentillesse. Il tirait vers le haut les gens qui l’entourait et m’inspirait pour devenir une meilleure personne avec sa patience, son aide et son amour."

View this post on Instagram

heartbroken

A post shared by PeytonList (@peytonlist) on

De son côté, Bob Iger, PDG de Disney a lui aussi rendu hommage à Cameron Boyce : "Disney pleure la disparition de Cameron Boyce, qui avait de nombreux amis chez nous et avait beaucoup de talent, de cœur, de vie et était bien trop jeune pour partir."

Cameron Boyce apparaissait également dans la série Descendants où il jouait le fils de Cruella d’Enfer, iconique méchante du dessin-animé Les 101 Dalmatiens. Il avait 20 ans.

A lire aussi sur Première

Pierre Lhomme : "Le cinéma est une histoire de rencontres" [Interview]

Le plus grand chef-opérateur français est décédé ce vendredi 5 juillet 2019. Nous partageons ainsi l'une de nos dernières interviews avec celui qui éclaira les cinémas de Jean Eustache, Jean-Paul Rappeneau ou encore Jean-Pierre Melville, dont il est question dans cet ultime entretien.