DR

La review d'une romance acidulée qui ne manquera pas de vous séduire.

Quinze ans après Undeclared (annulée au bout de 17 épisodes seulement), le papa de la douce comédie crue à l'Américaine, Judd Apatow, retente sa chance sur le petit écran. Pour Netflix, il a créé Love, une petite comédie romantique décalée et gentiment insolente.

Love, c'est l'histoire de Gus, un sympathique geek maigrichon, qui rêve de devenir auteur. Alors qu'il vient de s'installer avec sa copine, le couple se sépare brutalement. Complètement paumé, Gus emménage dans une résidence où se croisent célibataires, divorcés et étudiants. Un matin, il tombe sur Mickey, une jolie blonde délurée et aussi paumée que lui, qui broie du noir à la suite d'une nouvelle catastrophe amoureuse. Petit à petit, ils vont apprendre à se connaître...

Comme toujours avec les comédies romantiques, ce qui importe d'abord et avant tout, c'est l'alchimie du couple central. Et dans Love, Gillian Jacobs et Paul Rust font des étincelles. La blondinette de Community déborde de sex appeal devant le charme gauche et attachant du gentil "nerd". La recette est connue (et a déjà été utilisée à maintes reprises par Apatow) mais marche à merveille ici, car Love fait tout pour se détacher des codes du genre.

C'est parfois très ostentatoire, comme lorsque Gus jette par la fenêtre ses DVD de Pretty Woman ou Quand Harry rencontre Sally. Et profitant d'être sur Netflix (et donc libre de toute censure), Apatow balance de grosses scènes de sexe et du "Fuck" à toutes les sauces. Mais en cherchant ainsi à prendre le contre-pied des comédies romantiques traditionnelles, il réussit à donner à son Love un ton assez unique.

DR

Une signature "Apatowesque", indéniablement. Une histoire d'amour résolument moderne, qui essore l'eau de rose du scénario, pour mieux l'agrémenter de mélancolie. Un spleen à la fois chaleureux et brutal parcoure Love et rend cette nouvelle série addictive, même si elle manque parfois de rythme, la faute à une ambition comique très limitée (les seconds rôles notamment son assez faibles et seule Claudia O'Doherty tire son épingle du jeu en colocataire australienne un peu niaise).

Avec Love, Netflix ne joue pas la carte de la grosse comédie désopilante, mais de la romance attachante et tendrement maladroite. Pas de quoi gagner le prix de la meilleure série de l'année, mais 10 épisodes à "binge watcher" tranquillement, pour un vrai bon moment.

Love, avec Gillian Jacobs, Paul Rust et Claudia O'Doherty - saison 1 intégralement en ligne sur Netflix depuis le 19 février.

Prochainement au Cinéma