Elite Netflix
Netflix

Les créateurs de la série de Netflix nous livrent tous les secrets du teen drama espagnol, qui vient de sortir sur la plateforme.

Netflix a mis en ligne, ce vendredi, les 8 épisodes d'Élite, un teen drama espagnol, racontant la difficulté de la mixité sociale et culturelle dans un lycée huppé. Une combinaison explosive, qui va même conduire à un meurtre ! Première a pu rencontrer à Madrid les showrunners et réalisateurs, Ramon Salazar, Dani de la Orden et Dario Lopez. Ils nous disent tout sur la série, ses coulisses et ses thèmes parfois difficiles à aborder... Attention spoilers !

Faut-il regarder Élite, la nouvelle série espagnole de Netflix ?

Vous avez trois acteurs de La Casa de Papel au casting (María Pedraza, Miguel Herrán et Jaime Lorente)... dans l'idée de surfer un peu sur le succès mondial de la série ?
Pour clarifier les choses, lorsque nous avons commencé la production d'Élite, La Casa de Papel n'avait pas encore commencé sur Netflix. Donc, ces trois acteurs n'étaient pas encore aussi populaires. Et de toute façon, on ne recherchait pas forcément des gens connus, mais d'abord des gens intelligents, capables de comprendre l'évolution des personnages tout au long des 8 épisodes. Ce fut un long processus de casting.

Racontez-nous un peu les coulisses. C'était comment sur le tournage, avec tous ces jeunes acteurs ?
Effectivement, le casting de la série est vraiment jeune, alors il se passe forcément des choses... (rires) A un moment, on est même un peu obligé de se comporter comme des parents. En tant que réalisateur, on se retrouve à leur dire : "Taisez-vous !" Les scènes dans les salles de classe ont parfois été un peu compliquées, parce qu'ils se retrouvent tous, assis-là, avec peu de répliques à dire. Ils sont 15 élèves et j'ai parfois eu l'impression d'avoir été leur prof ! Je criais pour qu'ils se taisent, parce que ça parlait un peu ici et là, et au bout du compte, c'était un gros bordel (rires) Mais bon, en même temps, c'était un tournage très fun et plein de vie. 

Elite Netflix
Netflix

Dans le dernier épisode, on découvre donc qui est le coupable. Est-ce que vous avez pensé, à un moment ou à un autre, à une autre fin ? Avec un autre tueur ? Ou vous saviez dès le départ qui serait l'assassin ?
Non. On n'a pas tourné ou écrit d'autres fins. En fait, on n'aurait même pas pu écrire la série, si nous n'avions pas su dès le départ, dès la première ligne du premier épisode, qui était le tueur. C'était très important pour nous de savoir où nous allions. Parfois, en cours de route, on s'est posé des questions sur le mobile... Mais non, on a toujours gardé notre cap et c'est ce qui fait que la série fasse autant sens, qu'elle soit aussi précise.

Les acteurs aussi étaient au courant dès le départ ?
Ah non, en revanche, les acteurs eux, n'étaient pas au courant. Nous ne leur avons rien dit, durant tout le tournage. C'est seulement avant le final, qu'on leur a révélé. On a fait une lecture live, et ils ont tous découvert ensemble la vérité...

Pourquoi ?
Parce qu'on trouvait intéressant qu'ils avancent dans le tournage en restant dans l'inconnu, afin de cultiver la part d'ombre et de lumière de leur personnage respectif. Qu'ils développent ainsi des aspects de leur personnage, qui pourraient faire qu'ils finissent par commettre un meurtre...

Elite Netflix
Netflix

Y a-t-il des leçons à retenir d'une histoire comme celle d'Élite ?
Je ne sais pas... Quand on fait une teen série, il y a toujours ce risque de faire la leçon, de dire aux jeunes quoi faire et quoi penser. Et du coup, ils font généralement l'inverse. On a préféré poser plein de sujets de société sur la table, on a ouvert plein de débats, et après on fait confiance au public pour savoir ce qu'il en pense. J'espère qu'il n'y aura pas que des ados qui regarderont la série, mais même si c'est le cas, il n'y a pas de raison de leur parler avec condescendance. Ils sont capables aussi de se forger leurs propres opinions.

Comment est-ce que vous avez pensé l'histoire de Nadia, cette jeune Musulmane, qui peine à s'intégrer dans ce lycée huppé ?
On voulait vraiment travailler autour de son personnage, parce que ces problèmes d'intégration, c'est quelque chose que l'on voit tous les jours en Europe actuellement. Nadia ne s'intègre pas parmi les riches, ni parmi les pauvres. Elle se retrouve dans une zone grise, à cause de sa culture. Cela nous a permis de refléter ce que les Musulmans peuvent vivre en Europe de nos jours. Les gens vous regardent bizarrement. Vous êtes issu d'une culture différente. Et en tant qu'auteurs issus d'une culture occidentale, ce fut vraiment passionnant pour nous de nous mettre dans la peau de cette jeune femme, en écrivant son histoire. De voir les choses à travers son regard. Du coup, on espère que son expérience va largement éclairer le public...

Il y a aussi toute une intrigue liée au sida. Pourquoi avoir intégré cela à la série ?
On a voulu rester à l'écart des stéréotypes, mais en même temps on voulait en parler. Parce que c'est encore taboo. On ne parle pas des gens atteints du sida. Ils sont encore stigmatisés et ils ne veulent pas être pointés du doigt, évidemment. Du coup, peu déclarent publiquement leur séropositivité. Il y a un personnage dans la série, qui dit d'ailleurs à un moment que le sida, "c'est tellement les années 90 !" Mais c'est faux. Et il faut en parler. C'est encore un sujet d'actualité, et pas seulement pour les jeunes.

Et vous avez choisi Marina pour ça.  Pourquoi avoir choisi ce personnage ?
Au départ, c'est un autre personnage qui devait être séropositif. Samuel en l'occurrence. Et puis on a changé. Parce qu'on trouvait finalement plus intéressant que cela concerne Marina, une jeune fille issue d'un milieu bourgeois. Le sida, c'est l'une des rares maladies qu'on associe encore à une classe. Elle est parfois identifiée, à tort, comme une maladie touchant majoritairement les milieux défavorisés. Les marginaux. Le but était donc de changer la donne, de montrer que nous allions aller là où les gens ne nous attendent pas. Je pense qu'on a fait le bon choix, montrer cette jeune femme, d'un milieu aisé, qui n'en a pas honte, et qui en veut sa famille de ne pas vouloir en parler.

Il y a quelque chose de Big Little Lies dans la façon dont Élite est racontée. C'est volontaire ?
Je comprends pourquoi on peut penser ça, au niveau de la structure. Mais cette forme de narration existe depuis toujours. Après Big Little Lies l'utilise de manière presque comique, parce qu'ils ne veulent pas dévoiler qui est la victime, avant la fin. Mais après, c'est vrai qu'on aime cet aspect tragédie, avec des personnages qui ne savent pas que tout cela va mal se terminer...

Difficile aussi de ne pas penser à Gossip Girl, à Veronica Mars ou à Pretty Little Liars...
Je crois qu'à chaque fois qu'on créé un teen drama, on finit par rejoindre quelque chose qui a déjà été fait avant. Sans aucun doute, c'est dans le fond de notre esprit, quelque part. Mais ce n'est pas intentionnel. D'autant plus que je n'ai jamais vu Veronica Mars ! (rires) On a vu Gossip Girl en revanche, avec qui on a en commun de mélanger des jeunes riches et pauvres. Mais à aucun moment, on s'est dit : "Tiens, si on refaisait un Chuck, comme dans Gossip Girl ?"

Pourquoi est-ce que les séries qui se passent dans un lycée intéressent autant les gens ?
C'est un genre un part entière. Ca nous ramène à une époque où l'on découvrait les choses pour la première fois. C'est un moment de la vie où l'on a encore le droit de se comporter comme un enfant, et en même temps, on peut aussi être un adulte. C'est une période de clashs, de contradictions... Des choses qui arrivent certainement moins à 35 ans qu'à 18 ans...
 

Elite - saison 1 - 8 épisodes - sur Netflix depuis le vendredi 5 octobre 2018.