Cowboy Bebop
Sunrise

A la Japan Expo 2018, les vétérans de Cowboy Bebop nous ont raconté la genèse d'une des meilleures séries télé de SF japonaise.

Let's Jam ! Une explosion de couleurs pop, de silhouettes noires en split-screen au son d'un thème enflammé... En 1998, le générique de Cowboy Bebop crevait l'écran pour la première fois. Une série de SF animée, irrésistiblement cool et jazzy, qui suit les aventures d'une bande de chasseurs de primes dans le système solaire de la fin du 21ème siècle. Réalisée par Shin'ichirō Watanabe (qui a signé l'an passé un prequel animé à Blade Runner 2049, Blade Runner Black Out 2022), la série, qui a duré 26 épisodes (plus un long-métrage dérivé en 2001), a considérablement marqué les esprits de ses fans : la célébration de ses 20 ans à la Japan Expo 2018 -qui vient de s'achever au parc des expositions de Villepinte- l'a confirmé, Cowboy Bebop est bel et bien un classique du space western et de l'animation télé tout court. Ses créateurs se souviennent de la genèse de la série au micro de Première.

Masahiko Minami, producteur :
"A l'origine, la société Bandai voulait fabriquer des jouets de vaisseaux spatiaux. J'ai donc reçu comme consigne de développer une série autour de cette idée. « On doit vendre des jouets de fusée, il nous faut un dessin animé ! » Je suis allé trouver le réalisateur Shin'ichirō Watanabe, avec qui je m'entendais bien. Watanabe a proposé une histoire de mercenaires dans l'espace. Ce qui était nouveau pour moi, c'était de faire une série aux épisodes one-shot, pas une grande histoire comme la série Vision d'Escaflowne que j'ai produite. Nos références étaient surtout Macross et Space Battleship Yamato. Des séries qui évoquent un univers immense, vu à travers un groupe réduit de personnages. Lorsqu'on a projeté le premier épisode au bureau du studio Sunrise avec tout le staff, les cadres, les administrateurs, le public s'est divisé en deux groupes égaux : un qui adorait, l'autre qui détestait. La réaction était du style "c'est quoi cette histoire toute petite, sans ambition ?" Cette division signifiait aussi qu'on faisait quelque chose de neuf. Et donc, qu'on avait gagné notre pari."

 

Keiko Nobumoto, scénariste :
"J'ai travaillé sur la production d'Akira, mais je n'avais pas un grand rôle. Je faisais surtout le café. Mais ça m'a permis de me mettre en contact avec Katsuhiro Otomo et j'ai pu écrire en 1991 le scénario de la comédie d'horreur World Appartment Horror, réalisé par Otomo sur une idée de Satoshi Kon. Après, j'ai travaillé avec Watanabe sur Macross Plus et il m'a fait travailler sur le projet Cowboy Bebop, qui s'appelait au début Nagareboshi Bebop ("étoile filante Bebop"). Watanabe est un énorme fan de musique et il voulait que chaque épisode s'appelle une "session". En y repensant, il y a eu sur Cowboy Bebop une synergie créative incroyable et unique. Dans notre Cowboy Bebop, il ne s'agissait pas de combattre un ennemi extérieur mais de décrire le quotidien de ces personnages dans cet univers. D'être, au fond, réaliste. Au début, l'avis qui revenait le plus de la part des cadres du studio, c'était : "c'est bien, mais ça ne se vendra pas." La preuve." (rires)

 

Toshihiro Kawamoto, character designer :
"J'étais animateur indépendant, et j'ai bossé avec Shin'ichirō Watanabe sur la série télé City Hunter. Mais c'est sur le téléfilm Mobile Suit Gundam 0083 : Stardust Memory que j'ai vraiment soudé mon amitié avec Watanabe. Pour beaucoup de membres de l'équipe, Cowboy Bebop était leur première série télé. Je crois que cet enthousiasme s'est transmis à l'écran, d'une façon ou d'une autre. On s'est lâchés. On a fait exploser notre imagination et on a explosé le budget. On s'est vite retrouvés dans le rouge. Mais la série est sortie au moment où le DVD apparaissait au Japon, et les DVD de Cowboy Bebop ont été d'énormes succès. On a survécu grâce à ça. Watanabe voulait des personnages qui aient de la chair. L'inspiration générale était la première série Lupin the Third (Edgar, le détective cambrioleur en VF) : cette ambiance seventies cool, le jazz... Spike s'inspire beaucoup d'Edgar. Je lui ai donné les mêmes chaussures que lui. Pour Edward (la petite hackeuse espiègle, NDLR), je me suis inspiré à la demande de Watanabe, des postures de la compositrice de la série, Yoko Kanno. Comment elle s'endormait en réunion, par exemple. Mais le personnage que j'ai préféré concevoir était Ein, le chien de la série. J'ai fini par acheter un corgi pour pouvoir mieux l'animer. Et je réclamais à Watanabe qu'il soit plus présent pour pouvoir le dessiner le plus souvent."

 

Kimitoshi Yamane, mecha designer :
"J'avais conçu des méchas sur la série Vision d'Escaflowne. J'ai appris que monsieur Watanabe préparait une série de science-fictione et j'ai passé une "audition" où je devais dessiner les vaisseaux des personnages à partir de quelques notes écrites. J'ai conçu les principaux vaisseaux de la série, le Bebop, le Swordfish, le Hammerhead -mais celui-là, il a été beaucoup modifié au final. On bossait tous dans la même pièce, designers, coloristes, animateurs... Pendant que je travaillais, j'écoutais beaucoup de musiques de films, mais pas de jazz : Rencontres du troisième type par John Williams, Alien par Jerry Goldsmith, Das Boot par Klaus Doldinger... Des musiques de guerre ou de SF, pour me plonger dans le monde de Cowboy Bebop. Je n'ai pas eu de consignes de Bandai pour créer des jouets. On avait une très grande liberté. La règle, c'était qu'il fallait que les personnages puissent piloter les vaisseaux sans changer de costume, sans scaphandre ni casque par exemple. Mes principales inspirations étaient les sous-marins de la Seconde guerre mondiale, le bathyscaphe, le sous-marin du Commandant Cousteau. Je pensais tout le temps à la mer. Car l'espace, c'est l'océan."

Prochainement au Cinéma