DR

Après un revival raté et décevant, la saga s'est achevée la semaine dernière, avec le final de Heroes Reborn.

C'était une idée tellement cool. Une ambitieuse et excitante série à la X-Men, portée par une mythologie forte, avec La Compagnie, les BD d'Isaac Mendez, Sylar, et bien sûr "Save the Chearleader, Save the World." Heroes, c'était tout ce que les fans de comics rêvaient de voir un jour sur le petit écran, et plus encore.

Alors forcément, au bout de 10 ans à espérer voir la série enfin arriver à la hauteur des attentes, la déception est grande. Ou plutôt la frustration. Car Heroes Reborn a échoué. Elle n'a pas réussi à redorer l'image de la franchise, honnie après une quatrième saison loupée. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir eu l'opportunité, comme Hiro, de réparer les erreurs du passé. NBC a offert à Tim Kring (le créateur) une véritable deuxième chance. Il a eu le temps de prendre du recul, de faire le point sur son histoire, préparer son retour et offrir 13 épisodes capables de redonner foi en ses Heroes. Mais quelques jours après la diffusion du grand final, le constat est sans appel : Heroes Reborn s'est sévèrement planté. Attention spoilers !

La faute d'abord à ses personnages, trop nombreux et mal incarnés. La mini-série a multiplié les petites histoires inintéressantes (Carlos, Joanne, Ren, Taylor...), au lieu de se concentrer sur l'essentiel. Elle n'a pas su non plus installer de bons vilains, inquiétants ou fascinants, comme savaient l'être Sylar ou Arthur Petrelli (Erica Kravid n'a clairement pas l'étoffe d'une super-méchante). Elle a loupé la plupart de ses twists scénaristiques (le retour de Noah Bennet dans le final, par exemple, est vraiment gros). Enfin, et ça n'a rien arrangé, elle a cruellement manqué de budget. Quand on voit ce que Legends of Tomorrow ou The Flash offrent comme spectacle aujourd'hui, on a du mal à comprendre comment Heroes Reborn a pu se contenter de visuels aussi ratés et d'effets spéciaux aussi moches, disons-le franchement.

La frustration est d'autant plus grande que Heroes Reborn a réussi, dans sa débâcle, une véritable petite prouesse : donner du sens et de la cohérence à la très dense mythologie Heroes, qui s'était étalée au cours des 87 épisodes précédents. Oui, Tim Kring a enfin donné une explication à "Save the Chearleader, Save the World". Une bonne explication même (Il fallait sauver la mère des deux enfants qui allaient sauver l'humanité). Il a donné un sens aux visions d'Angela Petrelli, une utilité aux comics d'Isaac Mendez et un beau rôle pour le génial maître du temps, Hiro Nakamura. Sur le papier, ce revival avait tout pour être une réussite. Mais dans l'exécution, quelque chose a foiré.

Heroes Reborn n'aura pas de saison 2 : la série s'arrête là

Comme si les Heores étaient tout simplement maudits. Comme s'il était tout bonnement impossible de faire quelque chose de (vraiment) bien avec cette histoire de mutants hyper-cool. La grande saga de Tim Kring a juste eu le temps de nous faire fantasmer. Puis elle nous a déçu, chaque année un peu plus, jusqu'à nous dégoûter et nous frustrer complètement. Cette fois, malgré une fin grossièrement ouverte (mais qui est donc le père des enfants de Claire Bennet ?), les Heroes vont s'arrêter-là. Tim Kring a épuisé son crédit et NBC ne commandera pas de nouveaux épisodes. On restera pour toujours avec nos regrets.