DR

La première création originale de l'opérateur débarque en clair, ce soir, sur Numéro 23.

À l'automne dernier, SFR lançait sa première série originale à gros budget (23 millions d'euros) Les Médicis : Maîtres de Florence sur sa plateforme SFR Play. Une co-production italo-britannique, qui raconte la montée en puissance de la famille Médicis, commerçants et banquiers de Florence, qui ont petit à petit pris le pouvoir et fait entrer l'Italie dans la Renaissance. Elle débarque ce soir en clair, pour la première fois, à la télé française, sur la chaîne Numéro 23 (propriété du groupe Altice et donc SFR), à raison de deux épisodes par semaine, chaque mercredi soir, en prime time. Si vous ne connaissez pas Les Médicis, voici 5 bonnes raisons de découvrir cette nouvelle saga historico-familiale.

Pour son casting excitant

DR

Les producteurs ont réussi à signer une légende hollywoodienne, pour incarner le patriarche de la famille : Dustin Hoffman se met brillamment dans la peau de Jean de Medicis. Son fils, Côme de Medicis, personnage central de la série, est joué par le charismatique Richard Madden, l'ancien Robb Stark de Game of Thrones. Et nul doute que la sublime actrice italienne, Valentina Bellè, qui décroche ici son premier grand rôle, fera tourner quelques têtes.

Pour son créateur, Frank Spotnitz

Il travaille en France depuis quelques années maintenant, mais c'est bien aux USA que Frank Spotnitz s'est fait une réputation. Au coeur des années 1990, il devient le principal scénariste de X-Files, aux côtés de Chris Carter. Il est célèbre parmi les fans de la série SF, pour avoir grandement contribué à développer l'arc narratif de la mythologie et la conspiration extraterrestre. Spotnitz est aussi le créateur de la série The Man in the High Castle (adaptée de Philip K. Dick), dont il était le showrunner jusqu'à la fin de la saison 1. Pour écrire Les Médicis, il a travaillé avec Nicholas Meyer, scénariste qui a signé plusieurs des films Stark Trek des années 80.

Pour son ton, entre Borgia, Les Tudors et Game of Thrones

DR

Évidemment, il y a quelque chose de Game of Thrones, dans cette nouvelle série historique (le côté fantastique en moins). Ne serait-ce que la présence de Richard Madden, qui titillera forcément la fibre nostalgique des amis des Stark. Dans l'approche dramatique des relations entre les personnages, la série fait aussi souvent penser aux Tudors, cette série canado-irlandaise, qui racontait la vie d'Henri VIII d'Angleterre. Mais c'est surtout du côté de Borgia et de son atmosphère très politique, au temps de la Renaissance, que penche ce nouveau drama.

Pour une plongée historique fascinante

DR

Tout n'est pas véridique dans le drama écrit par Spotnitz et Meyer. Ils expliquent bien volontiers avoir profité de blancs historiques, pour broder autour de l'histoire des Médicis. Néanmoins, la série joue magnifiquement du contexte socio-économique de l'époque, pour raconter le passage du Moyen-Age à la Renaissance (et tous les bouleversements culturels et politiques qui ont suivi), dû en partie aux Médicis. Cette première saison se déroule ainsi sur cinq années (de 1429 à 1434).

Pour ses décors somptueux

DR

L'esthétique joue une part essentielle dans Les Médicis. Les costumes, bien entendu, permettent de se mettre dans l'ambiance. Mais la reconstitution historique est surtout réussie grâce aux décors, à couper le souffle. Il faut dire que le tournage a duré 18 semaines et a eu lieu en grande partie en Italie, entre Rome et Florence. Du Palazzo Vecchio, à la basilique San Lorenzo, en passant par la Villa d'Hadrien, le Baptistère ou le Duomo, la série s'est donnée les moyens de ses ambitions. Et ça se voit.