Qu'est devenue Mary Elizabeth Mastrantonio ?
Universal
Mary Elizabeth Mastrantonio dans Scarface, 1983
Universal
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989
20th Century Fox
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Calendrier Meurtrier", en 1989
MGM
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Robin des Bois - Prince des Voleurs", en 1991
Warner Bros
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Jeux d'Adultes", en 1992
Buena Vista Pictures
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "En pleine tempête", en 2000
DR Warner Bros
Mary Elizabeth Mastrantonio dans la série Limitless (2015)
CBS
Mary Elizabeth Mastrantonio dans Scarface, 1983
Universal
Mary Elizabeth Mastrantonio dans Scarface, 1983
Universal
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989
20th Century Fox
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989
20th Century Fox
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989
20th Century Fox
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Robin des Bois - Prince des Voleurs", en 1991
Warner Bros
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "La Couleur de l'Argent", en 1986
Touchstone Pictures
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Jeux d'Adultes", en 1992
Buena Vista Pictures
Mary Elizabeth Mastrantonio dans la série Limitless (2015)
CBS
Qu'est devenue Mary Elizabeth Mastrantonio ?
Mary Elizabeth Mastrantonio dans Scarface, 1983
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Calendrier Meurtrier", en 1989
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Robin des Bois - Prince des Voleurs", en 1991
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Jeux d'Adultes", en 1992
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "En pleine tempête", en 2000
Mary Elizabeth Mastrantonio dans la série Limitless (2015)
Mary Elizabeth Mastrantonio dans Scarface, 1983
Mary Elizabeth Mastrantonio dans Scarface, 1983
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Robin des Bois - Prince des Voleurs", en 1991
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "La Couleur de l'Argent", en 1986
Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Jeux d'Adultes", en 1992
Mary Elizabeth Mastrantonio dans la série Limitless (2015)

Qu'est devenue Mary Elizabeth Mastrantonio ?

Mary Elizabeth Mastrantonio dans Scarface, 1983

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Robin des Bois - Prince des Voleurs", en 1991.

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Robin des Bois - Prince des Voleurs", en 1991

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Jeux d'Adultes", en 1992.

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "En pleine tempête", en 2000.

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "En pleine tempête", en 2000

Mary Elizabeth Mastrantonio dans la série Limitless (2015)

Mary Elizabeth Mastrantonio dans Scarface, 1983

Mary Elizabeth Mastrantonio dans Scarface, 1983

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989.

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989.

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Abyss", en 1989

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Robin des Bois - Prince des Voleurs", en 1991.

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Robin des Bois - Prince des Voleurs", en 1991

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "La Couleur de l'Argent", en 1986.

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "La Couleur de l'Argent", en 1986

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Jeux d'Adultes", en 1992.

Mary Elizabeth Mastrantonio dans "Jeux d'Adultes", en 1992

Mary Elizabeth Mastrantonio dans la série Limitless (2015)

Révélée par Brian de Palma, elle a tourné en quelques années avec Martin Scorsese et James Cameron avant de disparaître. Où en est-elle aujourd'hui ?

A l'occasion des diffusions en parallèle d'Abyss, ce soir sur Arte, et de Robin des Bois Prince des Voleurs au même moment sur 6Ter, retour sur le début de carrière fulgurant de Mary Elizabeth Mastrantonio, qui jouait le docteur Lindsay Brigman dans le premier et la belle Marianne dans le second.

 

Robin des Bois : Kevin Costner vs. Russell Crowe dimanche soir

Il existe de nombreux artistes qui connaissent un immense succès pendant une courte période. Ce succès peut se caractériser par exemple par quelques films qui ont triomphé en peu de temps, une couverture médiatique énorme à un moment donné, ou un Oscar pour un rôle isolé. Et puis soudain, plus rien, ces artistes tombent subitement dans l'oubli aussi vite qu'ils ont attiré la lumière. Ils disparaissent de l'écran radar sans rien laisser d'autres que des souvenirs plein la tête, des souvenirs nostalgiques de cinéphiles.

Parfois à cause d'un retrait voulu et provoqué, tout simplement pour changer de vie, élever des enfants, ou évoluer vers d'autres sphères. Mais cela est peut également être dû au vieillissement, au temps qui passe, et donc, au manque d'intérêt des studios et des productions. Et ces disparitions soudaines sont d'autant plus surprenantes qu'elles se développent d'une façon exponentielle avec le temps. En effet, aujourd'hui, combien de Kelly McGillis, de Meg Ryan, ou de Rebecca de Mornay presque oubliées pour une Meryl Streep toujours au sommet ? Une carrière est un travail de longue haleine, un investissement perpétuel. Et il faut compter sur une bonne dose de chance aussi.

A travers cette rubrique baptisée "Mais qu'est devenu(e)... ?", nous vous proposons de vous replonger dans une époque, une période, une filmographie. Celle d'un comédien ou d'une actrice qui aura marqué le septième art de son empreinte avant de disparaître aussi vite qu'il ou qu'elle était venu(e).

Mais qu'est devenue... Mary Elizabeth Mastrantonio ?

Ces trois mots ont longtemps été un fantasme adolescent. Avec sa silhouette de danseuse de salsa, son énergie sauvage, ses cheveux noirs bouclés et sa beauté latina, la belle Mary Elizabeth n'a pas perdu de temps pour exploser. Elle irradie en effet la pellicule dès son premier rôle : celui de Gina Montana, la sœur de Tony Montana (Al Pacino) dans le cultissime Scarface de Brian de Palma, tourné en 1983. Un personnage fort et puissant, loin des rôles de pots-de-fleurs destinés aux belles actrices dans les productions de l'époque. Un personnage omniprésent qui stimule la jalousie de son frère et initie l'épilogue mythique et monumental du film.
Des débuts tonitruants pour une jeune actrice qui affichait à peine 25 ans à l'époque.

 

La suite est tout aussi glorieuse. On la retrouve dans un petit rôle chez Martin Scorsese (La Valse des Pantins), avant que tonton Marty ne lui en offre un plus conséquent entre deux immenses stars - Paul Newman et Tom Cruise - dans l'excellent La Couleur de l'Argent, en 1986. Une performance brillante et acclamée qui lui vaudra notamment des nominations aux Golden Globe Awards et aux Oscars.

Remarquée et remarquable, Mary Elizabeth réussit avec seulement trois films et trois rôles à s'installer comme l'une des plus instinctives et des plus naturelles actrices de sa génération, de la trempe de celles qui habitent un rôle dès la première lecture et s'imposent aussitôt.
Cette facilité à entrer dans ses personnages lui vaut aussi une belle carrière sur les planches, et notamment à Broadway où elle joue dans des succès comme West Side Story, Copperfield, ou The Human Comedy.

Après ces trois premiers films "sérieux" qui l'ont fait travailler avec la crème des réalisateurs du Nouvel Hollywood, elle se tourne en 1989 vers un projet plus léger mais au casting démentiel : Calendrier meurtrier, une comédie policière avec Kevin Kline, Susan Sarandon, Harvey Keitel, Danny Aiello, Rod Steiger et Alan Rickman.
La même année, elle fait la connaissance de James Cameron, un jeune réalisateur qui a la cote à Hollywood et qui sort de deux cartons planétaires - Terminator et Aliens, le retour. Avec Abyss, la belle Mary Elizabeth entre dans l'univers visionnaire de Cameron avec une facilité déconcertante et s'impose dans la peau de l'action woman par excellence, ces femmes fortes si chères à leur auteur comme la Ripley d'Alien ou la Sarah Connor de Terminator, et participe à l'un des films les plus beaux, novateurs et révolutionnaires de la fin des années 80.

 

 

Après le thriller Affaire non classée avec le grand Gene Hackman, Mary Elizabeth Mastrantonio accepte de porter robe d'époque et coiffure-macarons pour camper une douce Marianne dans Robin des Bois - Prince des Voleurs qui, après le succès de Danse avec les Loups quelques mois plus tôt et son triomphe aux Oscars, marque le retour de Kevin Costner au cinéma, pour un film d'action de Kevin Reynolds qui sera l'un des cartons de l'été 1991.
Suivront deux thrillers de qualité tout deux sortis en 1992 - Sables Mortels de Roger Donaldson avec Mickey Rourke et Willem Dafoe, ainsi que Jeux d'adultes du vieillissant Alan J. Pakula avec Kevin Kline et Kevin Spacey -, avant une petite traversée du désert qui la verra tourner un "flop ambitieux" par année (travaillant avec des réalisateurs comme James Foley, John Sayles, ou Hugh Hudson) jusqu'à un retour au premier plan grâce au succès de En pleine tempête, en 2000, aux côtés de George Clooney et Mark Wahlberg.

Depuis une quinzaine d'années, Mary Elizabeth, malgré avoir tourné une dizaine de longs métrages dont la moitié de chef-d’œuvres dans les années 80 et 90, est aujourd'hui abonnée aux séries télé.
Ainsi, on a pu la voir dans des shows comme FBI Portés disparus ou New York Section Criminelle, et elle s'est aussi faite remarquer en First Lady dans la série à succès Hostages avec Toni Collette. Ces derniers temps, on a pu la revoir dans les séries Limitless, The Punisher et Blindspot.
Quand on l'interroge sur le fait d'avoir démarré sa carrière sur les chapeaux de roue, puis de l'avoir vue se calmer au milieu des années 90, la jolie brune évoque un choix délibéré et assumé, s'étant mariée en 1990 avec le réalisateur Pat O'Connor - rencontré sur le tournage de Calendrier Meurtrier l'année précédente -, et ayant toujours souhaité avoir des enfants, elle a voulu se consacrer à l’éducation de leurs deux garçons, mettant sa carrière entre parenthèses pendant près de quinze années, et passant sa vie à Londres avec sa famille et ses proches.

Cette longue absence, cet arrêt brutal dans sa brillante carrière cinématographique, a donc été un choix. Un choix que ses nombreux fans regrettent évidemment, mais ces derniers ne désespèrent pas aujourd’hui de la voir revenir à 60 ans, à l'affiche de films aussi cultes que ceux qui auront marqué le début de sa carrière et l'histoire du cinéma, des films qui en ont fait l'une des actrices les plus belles et talentueuses des années 80.

Robin des Bois : Les dix meilleurs au cinéma

A lire aussi sur Première