Abaca

Le réalisateur considère que ses accusateurs veulent profiter succès de Bohemian Rhapsody pour "gagner de l’argent et de l’attention". 

The Atlantic a publié hier soir un long papier donnant la parole à quatre victimes présumées de Bryan Singer, le réalisateur de X-Men, Usual Suspects et Bohemian Rhapsody : il aurait drogué et alcoolisé de jeunes hommes (tous mineurs) lors de soirées hollywoodiennes pour avoir des relations sexuelles avec eux. Ce portrait à charge n’a pas du tout plu au metteur en scène de 53 ans, qui s’insurge contre ces accusations d’agressions dans un communiqué de presse envoyé dans la foulée à Deadline.

"La dernière fois que j’ai évoqué ce sujet, c’était parce qu’Esquire s’apprêtait à publier un article écrit par un journaliste homophobe, qui développait une obsession bizarre à mon égard depuis 1997, écrit Singer. Après avoir vérifié ses dires, Esquire a décidé de ne pas publier cet article de journalisme vendetta. Cela n’a pas empêché l’auteur de vendre son papier à The Atlantic. C’est triste de voir que ce titre bafoue son intégrité journalistique. Encore une fois, je dois répéter que cette histoire ressort après des plaintes déposées par des individus qui n’hésitent pas à mentir pour de l’argent ou de l’attention. Ce n’est pas une surprise, alors que Bohemian Rhapsody gagne tant de prix, que cette entreprise homophobe tombe pile à ce moment-là, pour tirer avantage de de son succès."

Le réalisateur Bryan Singer est accusé de plusieurs agressions sexuelles sur mineurs

Les reporters de The Atlantic ont tenu à préciser sur Twitter qu’ils avaient bien commencé à écrire sur Bryan Singer pour Esquire, et que leur papier était passé par le "processus éditorial" qui comprenait effectivement du "fact-checking", mais que c’est finalement Hearst, le groupe de médias qui publie le journal, qui a mis son véto. "Notre histoire a été tuée par les dirigeants de Hearst et on ne sait pas pourquoi. Puis, nous avons eu la chance que The Atlantic veuille travailler avec nous."

Ces accusations amèneront-elles à des procès ? Ce n’est pas la première fois que Bryan Singer est accusé de viols : en 2017, Cesar Sanchez-Guzman affirmait avoir été agressé par Singer sur son yacht, en 2003, et en 2014, c’est Michael Egan III qui avait porté plainte. Celle-ci avait été annulée par un juge fédéral de Hawaï à cause d’un dossier incomplet.

L’article de The Atlantic aura-t-il un impact sur les résultats des Oscars 2019 ? Lors des Golden Globes, déjà, les producteurs étaient avaient remercié l’équipe de Bohemian Rhapsody en recevant le prix du meilleur drame, mais avaient "oublié" de citer Singer. Celui-ci a en effet été écarté du projet avant la fin du tournage, mais pour des raisons qui n’ont officiellement rien à voir avec ces accusations d’agressions sexuelles, qui courent depuis plusieurs années.

Pourquoi Bryan Singer a été viré du biopic de Queen ?

A lire aussi sur Première