Abaca

Si le déplacement de François Hollande à Washington mardi 24 novembre a été l'occasion d'afficher sa proximité avec Barack Obama dans leur lutte commune contre Daech, le président français y a également reçu le soutien de Steven Spielberg.

La rencontre entre le cinéaste américain et le président français aurait pu passer inaperçue si L'Elysée n'avait pas tweeté l'échange entre les deux hommes.

Dans une courtre vidéo publiée sur le compte officiel de la présidence et sous-titrée, on découvre un extrait de la recontre entre le réalisateur de Minority Report et Indiana Jones et François Hollande. La star hollywoodienne y félicite l'attitude du président français après les attaques du vendredi 13 novembre et loue la réponse qu'il a apportée : "Vous avez réagi tellement rapidement que tout le monde a senti que la situation était sous contrôle" assure-t-il dans une courte séquence, très flatteuse.

La déclaration de Steven Spielberg intervient quelques jours après l'article du quotidien britannique The Guardian qui surnommait François Hollande "le John Wayne des Champs Elysées".

Quelques heures avant cette "validation", le réalisateur hollywoodien s'est vu remettre la Médaille de la Liberté, la plus haute décoration civile des États-Unis. "Un film de Spielberg, c'est une imagination sans limite, des mondes restitués dans leurs moindres détails, des personnages qui se battent pour contrôler leur destin", soulignait notamment le président américain Barack Obama lors de ladite cérémonie à la Maison Blanche, ajoutant : "Plus important encore que tout cela, les films de Steven sont marqués par une foi profonde dans notre humanité commune".

 

A lire aussi sur Première

Michel Hazanavicius s'adresse à Daesh : "Vous ne gagnerez pas"

Dans un texte publié sur Facebook, le réalisateur de The Artist rappelle que la France c'est "le pays des plaisirs", que les Français "aiment la vie", aiment "baiser, rire, manger, baiser, boire, lire, baiser, discuter, manger, argumenter, peindre, baiser, lire, baiser, s’engueuler, dormir, regarder des films, mais surtout baiser, et éventuellement se taper une joyeuse petite branlette" et que Daesh n'est "pas prêt de gagner" dans une France cosmopolite et solidaire.